Longing for open government

ABOUT ME

An explorer ― of beauty, consciousness, empowerment, structures of technology and open governance ―  I intertwine a creative spirit with a passion for human progress. An experienced web communicator, project manager and analyst, I excel at managing complex flows of information and believe in the power of collective intelligence. My sense of observation helps me to assess internal and external needs of businesses and governments.

I am an open government advocate with 12+ years of experience as Web manager. I also have experience in communications, lobbying and fundraising. I live in Quebec, Canada, where there has been no open government. My efforts over the last five years have focused on the potential of Web 2.0 (which is not yet recognized today by the government of Quebec). I tried twice to build new horizons, by proposing two major projects, both having to do with citizen engagement.

OPEN GOVERNMENT  |  For several years, I’ve been passionate about open government. It has mostly meant observing other countries develop initiatives while being utterly disappointed for not putting my shoulder to the wheel, since Quebec is not yet an open government. I have spent the last five year of my life at proposing projects to the government of Quebec and Francophonie, in an attempt to make them move towards an open government policy. This year (2011), I collaborated with Government in the Lab (Massachusetts, USA) to propose open government strategies of organizational transformation. In December 2010, we designed the Open Government and Francophonie project, similar to the Open Government Partnership, but adapted to OIF Francophone countries.

EDGERYDERS | In November 2011, I joined the Edgeryders team as Engagement manager. This position has many advantages. Detatched from the Quebec scene, it will allow me to continue building communities and encourage advocates from many countries to keep pushing and asking for more transparency, participation and collaboration with citizens. At our disposal is a powerful platform (Edgeryders), conceived for bringing people together, value skills and knowledge we need to ensure growth, prosperity, social development in what I hope will be a just, transparent, collaborative and sustainable new world.

CITIZEN ENGAGEMENT ASPIRATIONS

PANDEMIC PREPAREDNESS | My first attempt at proposing citizen participation - from 2006 to 2010 -, was the project Zonegrippeaviaire. I wrote a business plan for the first participative and collaborative project of an online community of practice to be presented to the government of Quebec. This project was about pandemic preparedness and citizen engagement. The concept of open government was not yet set in 2006, but the global sphere of Flublogia and U.S. HHS innovated by laying the foundation of engaging the public to prepare for a pandemic. Plans and strategies were designed to be developed by involving the public directly. This community of bloggers and government managers demonstrated how public knowledge and citizen perspectives can help public health professionals to deal with some of their most difficult challenges.

Zonegrippeaviaire was building bridges of collaboration between the Francophone and the Anglophone sphere of Flublogia. A team of volunteer translators helped cross the barrier of languages. This experience was the foundation for a multilingual vision.

I presented the business plan for the Zonegrippeaviaire project to the interdepartmental committee of pandemic management. The committee commissioned a market study on social media in the Spring of 2007. The conclusion of this market study was that “Social media is immature and not credible. Do not bother to invest time or money.” The government used this market study to reject the project. However, I remained the main administrator of the bilingual international forum Zonegrippeaviaire.com and kept it running until January 2010. This forum was better structured than FluTrackers.com (based in Florida, USA) and welcomed daily twice as many visitors.

MULTILINGUAL VISION OF COMMUNICATION STRATEGY| In November 2010, I blogged about a multilingual vision of open government (see my post ‘Oui, je parle français’ http://lynerobichaud.blogspot.com/2010/11/strategies-de-communication-multilingue.html). John F Moore, from Government in the Lab, integrated this vision in a We-Blog and reached impressive results, with hundreds of content contributors from several continents writing in eight languages: English, French, Italian, Spanish, Greek, Japanese, Arabic and Russian.

OPEN GOVERNEMENT PARTNERSHIP – FOR FRANCOPHONIE | In December 2010, in collaboration with John F Moore, I created a project for the deployment of open government throughout the world, aiming at the participation of 39 Francophone countries and 977 of their cities. From February to September 2011, I knocked at every door of the government of Quebec. We also approached several delegations of the Association des parlementaires de la Francophonie. Quebec’s final answer (on September 1st) was: “There are no solutions. There is nothing at the government of Quebec that allows the launch of this project.” Rejection of the project was also based on this answer:" This project does not meet entrepreneurship criteria."20 days later (on September 20, 2011), forty-six UN countries engaged in the Open Government Partnership. The main Francophonie countries are absent from this partnership: France, Belgium, Switzerland, Luxembourg (and Quebec).

INFLUENCE | Although the Open Government and Francophonie project was rejected, I influenced the Deputy House Leader of the government of Quebec, Henri-François Gautrin, commissioned for an analysis of the potential for Web 2.0 by Premier Jean Charest, to include a section on open government in his analysis. Quebec has been very slow to engage in an open governement initiative. The Charest government clearly fears that the snake node of corruption will explode publicly. Meanwhile, the integrity of the state and confidence of Quebecers to their institutions, are crumbling.

PAST ACHIEVEMENTS / GOALS

  • Improved quality of life of a community (by succesfully changing the legislation).

  • Founded a bilingual online forum about pandemic preparedness based on citizen collaboration with governement, and administrated it for 3 years.

  • Influenced the government of Quebec to include open government principles in an analysis of the potential of Web 2.0.

  • (Personal, most important achievement, highly intuitive) Reached self-realization, unleashed a sleeping, dormant potential force (individual empowerment).

CURRENT GOALS

  • GOAL: Influence government of Quebec to implement an open government initiative. DIFFICULTIES: Corruption and mafia issues. Risk aversion. Absence of leadership from higher spheres. Focus on information security rather than on transparency, participation and collaboration. NEED: A complete change of thinking is needed. Leadership.

  • GOAL: Influence main Francophone developed countries to join the Open Government Partnership, or agree to collaborate to Open Government and Francophonie Project.

DIFFCULTIES:  Corruption and mafia issues. Risk aversion — an aversion to anything that is perceived as a threat to information security. Absence of leadership from higher spheres.

Government managers resist change, when they must adopt new management styles, including their perception that they cannot manage government employee performance if they are not on the (physical) site, poor understanding of how government employees use new technologies and they are reluctant to give employees and officials the means to work more collaboratively (individual, community and organisational empowerment).

NEEDS: A complete change of thinking is needed. To implement innovation and open government principles, there is a need for strong coordinated leadership and sustained commitment from higher spheres. Leaders also need to replace their directive leadership by a collaborative leadership (I often talk about the soul of leadership).

Compared to other sectors, government organizations are often fundamentally against change. To introduce innovative and widespread practices, strong leadership and planning for change is crucial. Leadership is necessary to promote meaningful change.

By understanding and taking advantage of new technologies, governments can provide more citizen-focused services, better coordinated actions between the various departments and governments institutions, and more accessible services to citizens. Better communications with citizens also allow improve policy design and decision making. Flexible teams and better ways of working together can help governments to provide better services, often at lower cost.

Managers must challenge policies and practices that undermine innovation in government and look for better results. Most importantly, for innovation to become possible in government, there should be policies, guidelines and tools for collaboration and investments in new working methods with good results.

There should be policies and structures to support flexible teams working to achieve specific project goals. Collaboration should be promoted, by helping government employees to be flexible, and dynamic groups to pursue specific goals. To facilitate collaboration and horizontality (instead of verticality), government managers should encourage employees and elected officials to do their work in a collective environment.

Higher spheres leaders should articulate their vision for public management to be more modern, more transparent — more open government — and better connected by a judicious use of virtual environment and new (disruptive) technology. Leaders should formalize and legitimize innovations that occur informally and support, promote those that have been formally recognized.

I keep repeating that citizens are human beings, and not numbers. Citizens are real people with real aspirations, dreams that are worth to be achieved, and citizens have an extraordinary range of rich life experiences. Governments should recognize the strengths of their citizens, and celebrate their qualities. Governments should look for all possible ways to create constructive teams where government employees, officials, and citizens enjoy collaborating together.

Not a CV!

Hello Lyne, thanks for sharing - but this looks more like a resume than like a story! I suggest you rewrite it, or better still write a more “human centered” account of your story in a comment to this one.

For me, the seed is this:

From February to September 2011, I knocked at every door of the government of Quebec. We also approached several delegations of the Association des parlementaires de la Francophonie. Quebec’s final answer (on September 1st) was: "There are no solutions. There is nothing at the government of Quebec that allows the launch of this project." Rejection of the project was also based on this answer:" This project does not meet entrepreneurship criteria."20 days later (on September 20, 2011), forty-six UN countries engaged in the Open Government Partnership. The main Francophonie countries are absent from this partnership: France, Belgium, Switzerland, Luxembourg (and Quebec).
There is a lot missing here. Why do you even care about this stuff? How did you come up with this grand international Francophone vision of open government? If you want to work with open gov, is it not easier (and hard enough!) to do it in Toronto, or even in Obama's America? How did you build the competences to even be in the debate? Who encouraged you to take the risk?

Also: I know John Moore, but most Edgeryders have never heard of him. So, when you introduce a new character in the story (such as him)  you should devote half a line to explain who he or she is, to help people follow you!

Forgotten dreams

Uh. I’m not used to talking about myself. (Why talk when I can just BE. That’s my motto.)

Also, I FAILED.

I failed. This story belongs to the past. I thought it would be of no interest to anyone anymore, and that part of me had to be buried, that I had to turn the page. To survive.

Who am I to keep such thoughts? I am nothing. Just an insignificant ordinary citizen.

So many laughed at my open government ideas. As if any open government would ever exist in Africa, right? What a silly thought, I was told.

The ‘grand international Francophone vision of open government’ did not emerge overnight. This vision came to me after years of watching others create open government projets and out of despair that my own government was operating in a bubble. I imagined an international scheme that would reach over the shoulders of Quebec. I thought that if all of Francophonie became open government one day, Quebec would likely be forced to become one too, out of spite! Not because it was of particular interest to this government, but to be like everyone else.

But if that vision took years to mature, by dint of observation, it ‘grandly’ appeared suddenly in my head. All the pieces of the puzzle positioned themselves in just 10 days.

In addition, I do not know if my story is a case of the 100th monkey effect. Why is it that I had the same idea (with a few variations) as Barack Obama and the US State Department, but eight months in advance?

 

In the past two years, I experienced important inner developments. I am convinced I would not have been able to think about such project, to have a vision this grand, at a different time of my personal development.

 
PHOTO: Henri-François Gautrin
 

I did not even attempt, initially, to go and ask the government of Quebec to become an open government. I knew it was so far from their philosophy that it was not even worth making the effort to ask them the question. But for sake of transparency, and in case they would have any interesting contact to share with me, I informed them of my international open government project. The Deputy House Leader of the government of Quebec, Henri-François Gautrin, responded with enthousiasm to my February (2011) letter, and said: “Open government is at the heart of my concerns”.

 

It was a total surprise to receive this response. I almost fell off my chair.

 
PHOTO: Jean Charest
We were in February 2011. I found out through Mr. Gautrin that Premier Jean Charest had given him an analytical mandate in October 2010 to explore the potential of Web 2.0 to improve the relationship between the government and citizens. No Québécois citizen was aware of this project at that moment (no press release was published at the beginning of the mandate).

Then I read the document Henri-François Gautrin shared with me, about his consultation project. And I immediately knew that something was wrong. It lacked words like “transparency” and “collaboration”.

Many months of intense lobby then followed, where I spent my days trying to open the minds of government officials and understand why they could not understand open government principles that yet appeared to me to be so simple to grasp. Something was wrong. What was it?

Until stories of deep corruption started pouring in newspapers (ref: Quebec’s anti-corruption crusader Duchesneau gets the axe). Then I understood. Corruption and transparency don’t really get along well. I understood why there was so much risk aversion. 

So I let go. Completely let go.

I am now an Edgeryders. I remember my open government dreams, as a strange thing of the past.

The ‘grand international Francophone vision of open government’ is a rather long story. I will try to detail it here, if it can be useful to someone.

Why I care about opengov

WHY DO I EVEN CARE ABOUT THIS STUFF?

I BELIEVE that open government not only enhances government effectiveness, but improves the quality of life of citizens.

I also BELIEVE that we are responsible for everything that happens to us. We are responsible for our thoughts. We are responsible for the environmnent around us, we are responsible for managing our community.

Until now, mankind has been dismal to manage the needs of the community. Poverty, hunger, social injustice, unequal distribution of wealth, wars, etc. In Claude Lelouch’s movie ‘La Belle histoire’ (The Beautiful Story), he interviews Hubert Reeves about the future (see this scene/interview here). I watch this movie year after year, since 1992. Hubert Reeves sums up beautifully, in a few paragraphs, how I perceive the world:

«Il est impossible de prévoir l’avenir. Parce que le seul fait de faire des prédictions influence ce que nous allons faire. En sciences, vous pouvez prévoir qu’un électron va faire cela. Mais le seul fait que l’on prenne conscience de cela va influencer ce futur. Et toute la question est de savoir, est-ce qu’il va l’influencer suffisamment pour renverser ce spectre de la destruction. Alors on entre dans la question de savoir si on est optimiste ou pessimiste. Moi, je dirais que je suis VOLONTAIREMENT OPTIMISTE.

L’espèce humaine n’a jamais rencontré des problèmes comme ceux que nous rencontrons aujourd’hui. Les gens disent que l’espèce humaine a toujours résolu ses problèmes. C’est faux! Nous sommes notablement mauvais à résoudre nos problèmes. La preuve, c’est qu’un problème aussi simple que celui de la guerre, du racisme, de l’oppression, on est lamentables! Il n’y a pas un pays qui n’ait des histoires lamentaires à raconter. 

Nous sommes notablement mauvais. Comparés à n’importe quelle espèce animale, nous sommes particulièrement mal adaptés. Nous n’arrivons pas à vivre avec notre entourage de façon harmonieuse, ce que la plupart des animaux font très bien.

Là, (maintenant) nous sommes appelés à nous dépasser. Peut-être pour la première fois, nous allons être obligés de nous dépasser, parce que nous serons accullés à nous dépasser. Ce sera cela, ou rien.»

The first blog I wrote about open government, on September 2010, explained why I care about it (http://lynerobichaud.blogspot.com/2010/09/le-plus-interessant-dans-le-phenomene.html). The following paragraphs are a translation of this post in English.

The concept of wisdom of crowds (a book by James Surowiecki; http://www.amazon.com/Wisdom-Crowds-Collective-Economies-Societies/dp/0385503865) is what is, in my opinion, the most exciting in the Web 2.0 phenomenon. “Collectively people know more than what people from the top think,” says James Surowiecki. When this concept is applied to governance, or open government, it becomes possible to improve society.

The groups are smarter when people act individually,” says James Surowiecki.

Why is there more intelligence released? I know that many people do not believe in quantum physics. But it is not because you cannot see the smallest of particles that they do not exist. Quantum physics provided me with some answers.

This year, I spent much time to read about consciousness, which is a field, or collective consciousness. If we conceive the human consciousness as an infinite field, each person being a localized expression of this field, the fact that part of the field can affect the other becomes quite plausible. This is how a field works. Regardless of its location in the earth’s magnetic field, a compass always spontaneously aligns with it.

In the experience of the hundredth monkey, intelligence behaved self-referentially. It jumped over the barriers of the “impossible.” This would be the natural behavior of intelligence that influences itself, within itself and by itself. It knows no absolute obstacles. It knows how to blaze new trails. When need be, it creates new realities.

In a context of collective consciousness, a comment from Lyall Watson (http://en.wikipedia.org/wiki/Lyall_Watson) is revealing: “It is possible that when enough take one thing to be true, it becomes true for everyone.

Since the collective consciousness is a reality, we should be able to take advantage of it. Studies of the effects of the collective consciousness show fascinating results. Candace Borland discovered that when the number of meditators in a city reaches 1% of the population, the crime rate decreases spontaneously. These results seem unlikely as long as you do not understand that reality is formed in the collective consciousness. Once admitted this fact, these results become fascinating and reveal promising possibilities to create a positive and progressive human reality.

It is difficult to prove if there is a link between the paradigm of consciousness, and variables such as crime rates, armed conflicts, the number of road accidents, diseases, and various other quality of life measures. So why these results? Because intelligence is one. The One is All and All is One. “Every drop of sap contains the fullness of the whole tree.” (Maharishi Mahesh Yogi)

If the individual intelligence is able to cure a disease, to introduce thoughts of peace and love, to eliminate stress within the spirit and lead to positive attitudes, I believe it can also happen at a larger scale, the scale of society.

I believe that every of our action has a universal dimension,” said the Dalai Lama.

During the process of transcendence, the meditator does not try to control thought crime, war and disease. He only opens his attention to his Self. Once this is accomplished, the mind spontaneously does the rest.

This remarkable new technology to make coherent collective consciousness may not only improve the quality of urban life, but also resolve international conflicts and ensure world peace”, say the experts in transcendental meditation.

Knowing this, also understanding quantum physics, through platform of open government, I believe it will be possible (one day) for humanity to solve its most pressing and complex problems. I am an optimist!

I believe in the miraculous power of social media. It is reshaping the way we communicate. It might as well help to reinvent our societies.

WHO ENCOURAGED ME TO TAKE THE RISK?

 

PHOTOS: Adriel Hampton

ADRIEL HAMPTON (@AdrielHampton ; http://www.adrielhampton.com) from San Francisco United States, encouraged me and pushed me to become an open government advocate. “Be bold”, were his last recommendation to me, when I met him in October 2010 in Edmonton (Alberta, Canada). They still resonate in my mind.

Adriel Hampton is a passionate advocate for harnessing emerging technologies to make government more effective, collaborative and transparent. Adriel is chief organizer for NationBuilder, a software platform for organizing, co-founder and producer of the Gov 2.0 Radio podcast, and president of the San Francisco Technology Democrats. He is a professional speaker and advises governments, politicians, NGOs and businesses on social media and technology innovation. He is also an organizer for various civic tech events.

I have know Adriel for many years. Even before Barack Obama signed the “Memorandum on Transparency and Open Government”, issued in January 2009. (Ref http://www.whitehouse.gov/the_press_office/TransparencyandOpenGovernment/ and http://www.whitehouse.gov/sites/default/files/omb/assets/memoranda_2010/m10-06.pdf ).

Wired to Share” (http://adrielhampton.wordpress.com ), edited by Adriel, was one of my favorite blogs, when I was an active member of the digital landscape of pandemic flu known as the Flublogia.

After open government was launched in United States in 2009, in order to learn about this new type of governance, I started covering open government events live in French on Twitter. In March 2009, I informally covered the government 2.0 un-conference (http://gov20camp.eventbrite.com/), among others led by Dr. Mark Drapeau (@cheeky_geeky), which took place in Washington. For two years, I voluntarily assured a French language coverage on Twitter of Gov20Radio (http://www.blogtalkradio.com/gov20), founded and produced by Adriel Hampton.

I pause here, but I will return to Adriel in a few paragraphs.

I turned the switch off  Zonegrippeaviaire.com on January 6th, 2010. My heart was not there anymore.  I administrated this forum for three years, despite the refusal of collaboration by the Government of Quebec. In 2006 and 2007, high spheres government officials from both provincial and federal levels expressed amusement at me when I told them a pandemic was soon to occur. “There is no risk for anyone to die from a pandemic”, they said. “Only the government has the right to think about these issues”. “There can be only one unique Web site to publish information and directives to citizens during a pandemic”.

Well, it turned out that I was right. A pandemic did emerge. On June 11, 2009, the World Health Organization (WHO) signaled that a global pandemic of novel influenza A (H1N1) was underway by raising the worldwide pandemic alert level to Phase 6.

 

PHOTOS: Quilled pieces made with paper (topiaries, various decorative objects and jewelry, by Lyne Robichaud, 2010

In January 2010, my heart was hurt. I had spent five years of gigantic efforts to build a Flublogian community of practice, and it had lead me nowhere. I completely unplugged from social media, and decided to undertake a second artistic career, as a craft artist. I started quilling. I quilled and quilled and quilled, over 12 hours a day, for six months. (See the definition of quilling http://en.wikipedia.org/wiki/Quilling). I produced close to 800 quilled pieces, and had many exhibits of my work in craft shows. I quilled so much… that I reached a state of bliss.

In the Summer of 2010, my ex-collegue from Web Escape Agents introduced me to Empire Avenue (http://empireavenue.com/about), the online social stock market, a Canadian initiative lead by Brad Grier (http://www.linkedin.com/in/bradgrier). Six months without talking to a single soul were beginning to weigh on me, so I decide to give Empire Avenue a try.

To my surprise, I discovered that my friend Adriel Hampton was the king of the virtual stock market. He was No.1 on the global leaderboard of Empire Avenue. I very quickly found my way in this virtual game. Adriel spotted me and enrolled me in the School of gifted newbies of Professor Aracalm (a prestigious education institution!). Adriel is so wired to share that he took the time to coach others. “What is your secret for success in social media?”, I asked Adriel. He answered: “I have ways and ways and ways and ways”. Aracalm actually exists on Twitter, the Fake Joe Biden @TheFakeJoeBiden on the Avenue (http://twitter.com/#!/thefakejoebiden). It is one of the many virtual identities of the phenomenal Adriel Hampton. Under the wing of my talented mentor, I managed to maintain myself in the global Top 10 of Empire Avenue.

Dragon_flaming (Denise Caron, Vice President, Technology Transformation at Shaw Communications) was on the rise in Empire Avenue. At the end of August 2010, she convinced me to co-administrate an online community within Empire Avenue. The Dragon’s Cave quickly became extremely popular among users and Dragon_flaming was the first woman to hit the 100 mark on Empire Avenue. But Adriel Hampton was outraged when I followed Dragon_Flaming. “My student betrays me”. It was nothing but a game, but I was torn between my friendship for Adriel and Denise.

I fell into an uncontrollable burst of tears. For some reason, I was suddenly very afraid to lose Adriel’s friendship. Wrenching sobs, endless stream of tears, shook me for several hours. But what was happening there? Never in my life had I had cried this much! Not even for a lover or the death of loved ones. I realized that there must have been a deeper reason — yes, an invisible force — pushing me towards Adriel. From that moment, I knew that whatever would happen to me in life, I would always keep a link with Adriel. I have no rational explanation about this link with Adriel. The link is there, strong, eternal. I do not ask myself more questions. That’s the way it is, and that’s all.

Dragon_Flaming, Adriel and I were reconciled, and Adriel joined the Dragon’s Cave.

PHOTO: Adriel Hampton, Lyne Robichaud, Jordan Hodges (meeting in Edmonton)

In October 2010, I decided to go meet Adriel in person, and several other open government advocates, in Edmonton, Alberta (Canada), at the Beyond Edmonton conference organized by Chris Moore, Chief Information Officer of City of Edmonton (http://www.linkedin.com/in/christopherjmoore).

It was my “baptism” into the world of open government. “Be bold”, said Adriel.

Those who inspire influence beyond what can be imagined.

HOW DID I BUILD THE COMPETENCES TO EVEN BE IN THE DEBATE?

PHOTO: John F Moore

Shortly after the Beyond Edmonton conference, I met JOHN F MOORE (http://www.linkedin.com/in/johnfmoore), from Massachussetts United States, founder and CEO of Government in the Lab (http://govinthelab.com). John is an open government strategist, consultant, and analyst. He has experience working with governments and small and medium business owners to achieve their goals.  His experience with social media strategies, CRM, and a plethora of other solutions provides immense value to clients.  John is also a prolific blogger, a frequent speaker on open government, government 2.0 and social business strategies, and has grown strong, thriving communities across the web. In addition to being the Founder and CEO of The Lab he is a Strategic Advisor to Silberberg Innovations (Alan W. Silbergerg is also an open governement strategist, consultant and analyst) has founded CityCamp Boston (an event focused on bringing together citizens and governement, to share perspectives and insights about the city, leading to measurable and strategic outcomes), and is a contributor to Fortune.com, writing about open government and other government related issues.

After graduating from the School of gifted newbies of Professor Aracalm (I really did, Adriel AKA Aracalm sent me a diploma!), I embarked on a thrilling experience with John Moore. I learned a lot.

John believes that open government creates jobs (see “Creating jobs for the people through open government”, one of John’s articles in Fortune). Humm humm.

John is a very bright thought leader and change agent, one of the top editors of the open government sphere. But on this point, I think he is a little too optimistic. Or maybe ahead of his time. Although we presented relevant and well designed projects, we were not able to develop an economically viable open government market (linked to Francophones).

I did not learn technical things, details about open data, for instance. These things do not interest me very much. I consider that tools are ephemeral. I prefer to focus on strategies. Curiously, I learned about human behavior. The more John and I sank in adversity, the more I discovered about decision makers and managers’ behavior towards change.

IF YOU WANT TO WORK WITH OPEN GOVERNMENT, IS IT NOT EASIER TO DO IT IN TORONTO, OR EVEN IN OBAMA’S AMERICA?

The City of Toronto and several other municipalities in Ontario have an open data initiative, but there is no open government yet in this Canadian province.

The City of Montreal (province of Quebec) recently announced on October 28, 2011, an open data initiative, thus becoming the first Francophone city in America to tap into this open data experience.

In Canada, only the provincial government of British Colombia has taken a very serious open government turn.

In Quebec, the final report of the Gautrin group about the potential of Web 2.0, is expected in mid-december 2011. I am really looking forward to read this report.

The federal government of Canada has launched an open government initiative on March 18, 2011. But what does it mean? This has not really translated into concrete visible and understandable actions to ordinary people.

Well informed people are citizens, uninformed, they become subjects” [of a kingdom] («Bien informés, les hommes sont des citoyens; mal informés, ils deviennent des sujets») wrote Alfred Sauvy, French demographer of the twentieth century. “Accordingly, influenced by Enlightenment thought, the revolutions in America (1776) and France (1789), freedom of press enshrined provisions and requirements for public budgetary accounting and freedom of the press in constitutional articles." (Ref: open government definition, Wikipedia http://en.wikipedia.org/wiki/Open_government)

However, open data attracts me less than open government, because I am what is called a ‘non-technical advocate’. I tend to focus less on technical issues than strategic issues.

The past months of my advocacy have been very difficult, even painful. This is not the first time I get smashed by failure. But even though I was able to consider failure as an opportunity to rebound, it still remains hard work on myself to break away from discouragement, anxiety, and especially the loss of confidence.

 

PHOTO: David Hume                    PHOTO: Kieran Harrop

Government managers in British Colombia encouraged me to continue my efforts. David Hume, Executive Director, Citizen Engagement, (http://ca.linkedin.com/in/dbhume) and Kieran Harrop, Director, Business Engagement chez Office of the CIO (http://www.linkedin.com/in/kieranharrop)  were there for me. I will always be grateful to them for having been present in my life when I only had bad news to communicate. The BC open government team is doing a great job. This team has been a beacon for me: they represented the ideal that I was trying to reach. As Adriel Hampton, who helped me find the strength to take the risks, my two friends from BC have played an important role in my advocacy journey.

Apart from global citizen projects (for instance, the Global Citizenship (http://govinthelab.com/global-citizenship-building-momentum/)  lead among others, by Lovisa Williams (http://www.linkedin.com/in/lovisawilliams) and Alan W. Silberberg (http://www.linkedin.com/in/alanwsilberberg), where collaborators from many countries are involved, only the recent Open Government Partnership (http://www.opengovpartnership.org/) comes to my mind as a multilateral initiative, where a Canadian like me could perhaps eventually get involved (???).

My numerous American friends from the open government sphere have been very nice with me, during the years that I have celebrated their open government projects and successes.

Although English is the language of business, and even if the Open Government Partnership is open to most countries of the United Nations, I keep thinking that a complementary multilateral open government cut-up project for the Francophonie community would be a good thing (for everyone).

HOW DID I COME UP WITH THIS GRAND INTERNATIONAL FRANCOPHONE VISION OF OPEN GOVERNMENT?

BUILDING PHASE

I joined John F Moore’s Government in the Lab (http://govinthelab.com/) around November 2010. I was the first Francophone open government advocate,  writing in French, to publish blog posts about open government in the United States.

My first post at TheLab was entitled “Gov2.0 multilingual communication strategies”, original version in French. This multilingual vision had a considerable positive influence on TheLab’s development.

John Moore and I focused our efforts to build a community of practice. On Twitter, we asked for content contributors, from all over the world, to post in their own language. In just a few months, thanks to John’s fantastically great community building skills (it was so fascinating watching him ride), and my input, TheLab had more than 300 bloggors writing in 8 different languages: English, French, Italian, Spanish, Greek, Japanese, Arabic and Russian. Government in the Lab was the first – in the government sphere –  to bring together as many authors, writing in so many different languages.

From my first failure with the Quebec government, the criticism I received was that social media is “immature and not credible”. I think I took it personally. I worked hard to never hear these criticisms again. What I was unaware is that decision makers are rather full of imagination when it comes to find excuses to say NO and reject change.

Therefore, at that time, I had two major concerns:

a) To work hard on my personal development — to ensure that the “immature” side would vanish completely from my life, once and for all;

I engaged in a self-taught training about individual empowerment. I read more than 30 books by Deepak Chopra, and many from other authors, like Baird T. Spalding. “Life and Teaching of the masters of the Far East” has become my favorite bed side reading. I read about quantum physics, etc. After much research and exploration, I discovered, around September 2011, that I had become full fledge “Kundalini awakened” (kuṇḍalinī, Sanskrit: कुण्डलिनी, literally means coiled, a corporeal energy). Suddenly, my whole life appeared to me in a new perspective and my behaviors (weird strange stuff I was unable to explain), since childhood, found an explanation. This is a major achievement, beyond anything else I’ve done in my life. I am extremely proud and pleased to have reached this physical state of consciousness. Bliss is… wonderful.

    

Kundalini (http://en.wikipedia.org/wiki/Kundalini) is described as a sleeping, dormant potential force in the human organism. Through meditation, and other practices, kundalini is awakened, and rises up through the different chakras (located along the spine). It leads to different levels of awakening and mystical experience, until the kundalini finally reaches the top of the head, the Sahasrara chakra (crown chakra, or lotus of the thousand petals), producing an extremely profound mystical experience. It is permanent irreversible. This video beautifully illustrates kundalini energy and Sarasrara http://www.youtube.com/watch?v=CV5szIgqnBE . Deepak Chopra explains bliss and its healing process: http://www.youtube.com/watch?v=JfBWtovxYQY

b) To make efforts to build “credibility”.

I thought it took an extraordinary strategist to sit credibility of the Open government and Francophonie project. There are currently no open government Francophone strategists. It just doesn’t exist yet. Why? Because no main Francophone country has turned open government, no one has emerged with these skills yet.

John Moore enrolled in the Government category of Shorty Awards (http://shortyawards.com/). I mobilized everyone I knew, and put together a small support team to carry out this project. I conducted this campaign, for an American leader (with Barack Obama running as opponent), from my Trois-Rivières basement! And we won! http://shortyawards.com/category/government  John F Moore reached the first position in the Government category. But the Shorty Awards team gave the award to someone else (Cory Booker, Mayor of Newark, New Jersey). Go figure what happened and please explain me… John F Moore was first, Barack Obama second, and Cory Booker fourth.

DESIGN PHASE

At the end of November 2011, John F Moore and I had completed the design of an open government incubator, that we presented to Stéphane Rousselet, vice-président Relations Entreprises at Youth Diplomacy, organiser of the G8G20 Youth Summits.

 

PHOTOS: Youmani-Jérôme Lankoandé and John F Moore

We had successfully enrolled several bloggers at TheLab, including my friend Youmani-Jérôme Lankoandé (http://www.linkedin.com/in/youmanijerome; http://www.lefaso.net/spip.php?article36826), a young political advisor and economist, passionate about innovation and open government.

 

PHOTOS: Jean-Louis Roy

In December 2010, Youmani informed me that his boss, Jean-Louis Roy, ex-secretary general of Organisation internationle de la Francophonie, was to meet Abdou Diouf (http://fr.wikipedia.org/wiki/Abdou_Diouf), secretary general of OIF, in Montreal, in early January 2011. He suggested to prepare a draft open government project. Jean-Louis Roy was to present it in person to Mr. Diouf.

During the holidays, at the end of the year 2010, John F Moore and I created the Open Government and Francophonie project. We had an intense brainstorming session. A dozen times, I sent John back to the drawing board. Youmani reviewed the project and proposed minor corrections. We delivered the project on January 4, 2011.

The meeting with Abdou Diouf was postponed. Instead, Jean-Louis Roy proposed to meet us on February 9th, in Montreal. John travelled from Massachussetts to meet us in person.

PHOTO: John F Moore, Youmani-Jérôme Lankoandé and Lyne Robichaud

WHAT IS THE OPEN GOVERNMENT AND FRANCOPHONIE PROJECT?

GENERAL DESCRIPTION: Project to implement open government in several French-speaking countries and cities. A pilot program implementation (starting in Senegal) to create tools for implementation, serves as basis for analysis and study of problems, obstacles and successes encountered. The implementation tools are then shared and applied to other French-speaking countries and cities, initially in three other African countries. Then, after a resolution has been filed by Senegal at the OIF Summit (to take place in Congo, in October 2012) and has been adopted by all member States, the pilot program for implementation of open government is implemented in a five-year plan, in 39 francophone countries and 977 of their

cities.

GOAL: The overall goal of this project is to position the French language in the digital age by making use of open governance. To accomplish this mission we must think broadly and achieve results across many fronts: economic, cultural, education, and more.

The entire project has derived from this quote:

“The Francophonie has reached the end of a cycle, and has been fairly successful. We are now in a digital age, in another space which is being constructed from other materials, other ways of communicating. We must realize that we now live in a world where technology plays a more prominent role. All contents that are existing in Francophone countries, we must digitize them and create available data banks, where people can find them and see them… France, Quebec, and the Francophone community of Belgium and Switzerland, alone, they do not have the critical mass to create enough of these digital contents, and occupy a suitable place in the global cultural competition.”

[LEVY, Elias, Jean-Louis Roy et la Francophonie: le défi francophone, Voir http://www.voir.ca/publishing/article.aspx?zone=1&section=11&article=60972]

We proposed the strategic implementation of open government across the 70 OIF countries to directly address this challenge.  We came up with a five-year plan. The first year was to create the necessary policies, processes, documentation, and other models as well as deliver working solutions for at least one state and several cities on each of the official OIF regional classifications with OIF member countries.

It was critical (for John Moore and I) that we created repeatable solutions as well as working enviroments that the entire OIF community could look to, in order to understand the need for, and benefits of, open government.

The first year selection of OIF member states and cities would have been done in a manner that focuses on reaching that critical mass that Jean-Louis Roy speaks of above. It should have been done in a manner that encourages openness across member nations, while recognizing the need to work closely with non-member nations as well. The reasons this is important is because open government best practices, open data standards, etc., are being developed throughout the world, not just within French-speaking countries. We found it was important that best practices were able to be shared, regardless of what country or with what language they are originally created across the world.

This project was to be overseen by a cross-functional group of key Francophonie stakeholders (exactly like they did for the Open Government Parternership) and be managed based upon a project schedule that delivers components in an interactive fashion allowing for regular monthly progress checkpoints.

For those unclear about the meaning of open government, John F Moore provided this concise definition in 2010:

A citizen-centric philosophy and strategy that believes the best results are usually driven by partnerships between citizens and government, at all levels. It is focused entirely on achieving goals through increased efficiency, better management, information transparency, and citizen engagement and most often leverages newer technologies to achieve the desired outcomes. This is bringing business approaches, business technologies, to government.

Why is open government necessary for achieving the goal of positioning the French language in the digital age? Open government principles are the basis upon which many governments across the world are making decisions, engaging and collaborating with citizens by providing government data in digital open data formats and by using social media and other collaborative platforms. The bad news? The majority of this communication is currently taking place using the English language. The good news? It is not too late for the Francophonie to become open government thought leaders and, by delivering real economic results, best of breed solutions and best practices in the French language strengthen the importance of the language on the world-wide stage.

This project was to be a social enterprise selling open government strategic consulting services to a targeted population, respecting a mission of social character, without sacrificing profitability. In addition to the amounts hoped through funding programs of institutions and partnerships with several organizations and donors reached at a concertation meeting, a fundraiser (private individual) was to be included in the project. I was planning a campaign similar to that conducted by ‘Live Below the Line’ http://www.livebelowtheline.com.au.


RESUMÉ DE PROJET

INFORMATIONS SUR LES INSTITUTIONS ET PARTENAIRES

Titre du projet: Gouvernement ouvert et Francophonie

Pays ou ce projet aura lieu: Phases 1, 2 et 3: Sénégal. Phase 4: Sénégal (région Afrique de l’Ouest), [suggestions] République démocratique du Congo (Afrique centrale), Djibouti (Afrique de l’Est et Océan Indien), Tunisie (Afrique du Nord et Moyen-Orient). Phase 6: [suggestions] 39 pays membres de l’Organisation internationale de la Francophonie (OIF), et 977 de leurs villes francophones

Institutions proposantes (recoit les fonds et les administre, porteur de projet): Link4DEV. En partenariat avec Government in the Lab (consultants externes).

À propos de Link4DEV: Agence conseil en strategies Internet 2.0 et medias sociaux. Siege social: Dakar, Senegal; succursales au Québec et aux États-Unis. Link4DEV aide les entreprises, quelque soit leur taille et leur domaine d’activité, et les gouvernements, à tirer profit du formidable outil qu’est l’Internet. Grâce a son expérience entrepreneuriale et son expertise des projets et technologies internet, Link4DEV est bien positionnée pour conseiller et donner une longueur d’avance. En adoptant une approche évolutive des relations, Link4DEV guide les partenariats strategiques d’entreprises avec les ONG afin de constituer une véritable alliance entre les organisations, et créer de nouvelles formes de dialogue sociétal.

À propos de Government in the Lab: Conseillers strategiques en gouvernement ouvert. Siege social: Massachussets, États-Unis. Government in the Lab est une plate-forme en ligne pour les penseurs et les acteurs, qui se distingue par son attention portee au contenu et idees concernant le gouvernement et la politique mondiale. Government in the Lab rayonne et dépasse les frontières des disciplines, perspectives, contextes et fuseaux horaires. Avec plus de 100 collaborateurs, Government in the Lab est la première source d’information mondiale sur le gouvernement ouvert, livrée en plusieurs langues. Dans ce domaine, aucune autre entreprise ne se rapproche de ce que fait Government in the Lab. En plus de fournir une foule d’informations stratégiques sur Internet, Government in the Lab crée des effets de levier de gouvernement ouvert, en mettant en oeuvre des strategies d’affaires basées sur les réseaux sociaux et en déployant des outils, pour repondre aux besoins du gouvernement.

 

PHOTOS: Laye Kanté; Susan Hess

Gestionnaires de projet: Porteurs du projet: LINK4DEV. Lyne Robichaud, Gestionnaire de projet - gouvernement ouvert et Francophonie (Québec); Laye Kante, co-fondateur Link4Dev (Afrique francophone); Susan Hess, gestionnaire de projet. Technologies de l’information. Consultants externes: GOVERNMENT IN THE LAB. John F Moore, fondateur Government in the Lab, stratège en gouvernement ouvert.

Institutions participantes (qui collaboreront au projet, mais ne recevront pas de fonds): [Suggestions] Centre de recherche pour le developpement international (CRDI), une société d’État créée par le Parlement du Canada en 1970 pour aider les pays en développement à se servir de la science et de la technologie pour trouver des solutions viables aux problèmes sociaux, économiques et environnementaux auxquels ils font face. L’appui du CRDI sert en particulier à consolider les capacités de recherche locales afin d’appuyer les politiques et les technologies susceptibles de contribuer à l’identification, dans les pays du Sud, de sociétés en meilleure santé, plus équitables et plus prospères; L’Agence canadienne de développement international (ACDI). Au Canada, l’ACDI est le principal organisme responsable de l’aide au développement; IDÉ Trois-Rivières (assure le développement socioéconomique de Trois-Rivieres, en favorisant l’accroissement des investissements dans les secteurs moteurs de l’économie, ce qui contribue à la création et au maintien d’emplois); Organisation internationale de la Francophonie (OIF); Conférence interparlementaire sur la diversité des expressions culturelles (CIDEC); Association des parlementaires de la Francophonie (APF); Nouveau partenariat pour le développement de l’Afrique (NEPAD); Union africaine (UA); Association internationale des maires francophones (AIMF); Agence canadienne pour le développement international (ACDI); Agence Universitaire de la Francophonie (AUF); Commission économique pour l’Afrique (CEA); Programme des Nations Unies pour le Développement (PNUD); Open Society Initiative (OSIWA de la fondation Soros); Banque africaine pour le développement (BAD); et d’autres pays et organisations.

Accords préliminaires et coût du projet: Afin d’assurer la sécurité financière du projet, nous envisageons obtenir des accords préliminaires d’intérêt et d’engagement des agences internationales et bailleurs de fonds, à la hauteur de 80% de l’objectif financier (évalué a +4,5M $ (dont 1M$ provenant d’une campagne de financement) pour les phases 1- 5, d’une durée de 1 à 2 ans). La phase 6, de plus grande envergure, d’une durée de 5 ans, fera l’objet d’une seconde ronde de financement.

Fonds paralleles: Une campagne de financement de 1M$ auprès de corporations et entreprises sera planifiée et mise en oeuvre, afin de leur offrir une visibilité et des opportunités d’affaires en Afrique et le reste de la Francophonie.

Comité d’honneur: Un comite d’honneur sera mis sur pied. La présidence de ce comité sera offerte au commanditaire principal de la campagne de financement. Plusieurs vice-presidents complèteront ce comité d’honneur. Le rôle de ce comité sera d’aider à conclure des partenariats avec des organismes subventionnaires et internationaux, des corporations, et des gouvernements.

Gouvernement du Senegal: Principaux porteurs du projet: Abdoulaye Wade, president; Moustapha Guirassy, ministre de la Communication, des Télécommunications et des Technologies de l’Information et de la Communication, et porte-parole du gouvernement.

DÉFINITIONS

Gouvernement ouvert: Une philosophie axée sur le citoyen et la stratégie, qui croit que les meilleurs resultats sont généralement dictés par des partenariats entre les citoyens et le gouvernement, et ce à tous les niveaux. Cette philosophie est entièrement axée sur la réalisation des objectifs grâce à une efficacité accrue, une meilleure gestion, la transparence de l’information et l’engagement des citoyens.

Avantages: Améliorer les services, réduire les coûts et créer des emplois.

Caractéristiques des données publiques: Accessibles. Format ouvert, manipulable par un programme. Donnees brutes. Avoir le meilleur niveau de détail. Standardisées pour permettre de recouper differentes donnees. Centralisées, facilement accessible à partir d’un même catalogue. Permanentes, pour ne pas nuire aux applications qui en dépendent. Licence ouverte. Droit à la reutilisation, transformation et re-distribution.

OBJECTIFS

Objectif principal: Positionner le Sénégal en tant qu’architecte du développement du gouvernement ouvert dans la Francophonie, et en leader mondial et nation phare.

Objectifs de developpement: Établir des partenariats de collaboration avec trois autres États africains, de même qu’avec plusieurs organisations internationales et continentales; Renforcer la cooperation entre pays francophones africains; Bâtir du soutien parmi l’ensemble des pays membres de l’OIF conduisant à l’adoption d’une résolution en faveur du développement du gouvernement ouvert dans la Francophonie.

Objectifs de gouvernement ouvert: Veiller à ce que chaque citoyen soit en mesure de comprendre et de participer à l’avenir de son pays; Accroître la participation des citoyens dans l’élaboration des politiques grâce à une combinaison du numérique et de pratiques d’intervention de gouvernement ouvert auprès des individus; Tirer parti des solutions de gouvernement ouvert, telles que la libération des données gouvernementales, afin de créer un nouveau marché qui générera des emplois et fournira des revenus accrus pour le secteur public et privé; Offrir une plus grande transparence aux citoyens, employés gouvernementaux et politiciens concernant tous les aspects du gouvernement; Créer des systèmes de collaboration ouverte.

DÉMARCHE EN SIX ÉTAPES

Description générale: Il s’agit d’un projet d’implantation du gouvernement ouvert dans plusieurs pays et villes ayant le francais en partage. Un projet pilote d’implantation permettant de créer des outils d’implantation, sert de base d’analyse et d’étude des contraintes rencontrées et des succès obtenus. Les outils d’implantation sont par la suite partagés et appliqués à d’autres pays et villes francophones.

Le coeur du projet, l’Afrique: En fevrier 2011, notre équipe a rencontré Jean-Louis Roy, ex-secretaire general de l’OIF. M. Roy a recommandé d’initier les démarches avec un projet pilote, en collaboration avec un pays du continent africain.

Étape 1: DÉMARCHES PRÉLIMINAIRES CONDUISANT À L’ORGANISATION D’UNE RENCONTRE DE CONCERTATION. Le projet est soumis par le biais de Laye Kante au ministre des TIC, de la Communication et porte-parole du gouvernement, Moustapha Guirassy. Les modalités de ce leadership sont en train de se matérialiser avec des rencontres ayant déjà eu lieu avec le ministère de la Communication, des Télécommunications et des Technologies de l’Information et de la Communication du Sénégal, et seront d’avantage affinées lors d’une prochaine rencontre avec le Ministre en personne. Cette demarche permettra d’exposer en quoi consiste le gouvernement ouvert et de souligner les avantages du gouvernement ouvert pour le Sénégal. Les 6 étapes du projet sont expliquées, notamment les objectifs espérés pour chacune des étapes, de même que les stratégies et actions prévues, les modalités de financement, les partenaires proposés, les écheanciers de travail. Il est crucial d’obtenir un engagement ferme, un appui politique de la part des plus hautes instances du Gouvernement du Sénégal, notamment le président de la République, Abdoulaye Wade. Une fois que le Gouvernement du Sénégal se sera prononcé sur ce projet, nous constituerons une équipe collaborative chargée de nous accompagner dans les démarches d’organisation d’une rencontre de concertation.

Étape 2: TENUE D’UNE RENCONTRE DE CONCERTATION. Nous concrétiserons des investissements de plusieurs institutions du secteur public et privé par la tenue d’une conférence de concertation d’une durée de 2 jours qui se déroulera au Sénégal. Il s’agira d’un événement de relations publiques et relations internationales, en respect du protocole diplomatique étant de mise dans un contexte ou plusieurs dignitaires représentants d’États membres africains de l’OIF y participeront, de même que des représentants d’organisation internationales. Ces participants auront été préalablement informés des étapes du projet présentées. Ce sera l’occasion de poser des questions, et d’obtenir des commentaires à propos du projet, discuter des meilleurs stratégies à envisager pour la mise en oeuvre des différentes étapes, de rencontrer en personne les partenaires et futurs collaborateurs, entendre les positions des représentants des

États membres participants et des diverses organisations. À la fin de cette rencontre, les représentants des États membres et des diverses organisations pourront annoncer leurs couleurs et positions lors d’une conférence de presse.

Étape 3: ANALYSE ET MISE EN OEUVRE D’UNE INITIATIVE DE GOUVERNEMENT OUVERT DU GOUVERNEMENT DU SÉNÉGAL. Ce projet pilote se fera en collaboration avec un Comité composé de représentants de trois autres États africains membres de l’Organisation internationale de la Francophonie. Les trois premiers mois d’implantation seront consacrés à des rencontres et à une analyse des besoins avec le gouvernement du Sénégal. Le reste de l’année, le comité panafricain pourra se joindre aux travaux d’implantation, en aidant notamment à définir les outils et mesures.

Programme pilote de gouvernement ouvert: En collaboration avec le Comité africain. Exécuter le programme:

Libération d’ensembles de données ouvertes. Mettre en ligne d’applications pour soutenir la sensibilisation des citoyens concernant les aspects portant sur les politiques clés. Créer une plate-forme d’idées des citoyens, qui permettra aux citoyens d’exprimer leur opinion sur les questions clés du gouvernement. Kiosques et fourgonnettes itinerantes. Lancement de nouvelles entreprises et d’un incubateur d’entreprises pour soutenir et financer de nouvelles entreprises. Créer de la documentation et des guides. Sensibiliser des intervenants sur l’importance de l’ensemble du projet. Créer des cadres communs pour le code (des logiciels applicatifs, codes source ouverts) et de la documentation, afin que les processus soient bien documentés et que les experiences d’apprentissage puissent être partagées et reproduites ailleurs. Rapports mensuels des progrès par rapport aux paramètres. L’ajustement du projet s’effectuera sur la base de ces rapports. Procéder à une analyse post-mortem approfondie afin de s’assurer que tous les membres comprennent ce qui a été accompli, qu’ils prennent conscience de tous les succès aussi bien que des échecs, afin de s’assurer que les tactiques et les stratégies seront corrigés au besoin. Mettre sur pied une conference afin de souligner les progres accomplis lors de la première année et d’engager d’autres États membres dans le processus.

Étape 4: MISE EN PLACE D’UN COMITÉ COMPOSÉ D’ÉTATS POUR LE DÉPLOIEMENT DU GOUVERNEMENT OUVERT SUR LE CONTINENT AFRICAIN. Une fois que les efforts d’implantation du gouvernement ouvert au Sénégal (Étape 3) seront pleinement en cours, soient après une periode d’intenviron de 3 mois, il sera essentiel de lancer des efforts comparables dans les autres pays participants. Cela permettra d’assurer que les leçons apprises au Sénégal sont appliquées à d’autres implantations, dans le but de maximiser le succès global de ces efforts.

Étape 5: STRATÉGIE DE RELATIONS GOUVERNEMENTALES CONDUISANT À UNE RÉSOLUTION EN FAVEUR DU DÉVELOPPEMENT OUVERT AU PROCHAIN SOMMET DE L’OIF. Cette étape concerne les débats relatifs à la négociation et à l’adoption d’accords internationaux. Comment s’assurer que les déclarations ou résolutions adoptées par la Conférence des chefs d’État et de gouvernement des pays ayant le français en partage, c’est-à-dire le “Sommet”, sont mises en oeuvre et executées par l’OIIF et les opérateurs? Lorsque des partenariats seront établis avec plusieurs États membres, il deviendra possible d’établir les meilleures stratégies et les étapes à franchir. Nous aurons besoin de conseillers experts dans le domaine de la Francophonie, de nombreux parlementaires de l’APF, etc., pour nous guider et sensibiliser un grand nombre de chefs d’État et membres de délégations. L’étape 5 est une campagne de relations gouvernementales. Notre objectif est de sensibiliser les États membres de l’OIF à la philosophie du gouvernement ouvert, et d’identifier quelle serait la meilleure formule qui ferait en sorte qu’un grand nombre d’États membres de l’OIF adoptent cette philosophie, et acceptent de collaborer et de participer à un projet d’implantation du gouvernement ouvert sur leur territoire. Notre équipe a pensé que le prochain Sommet de l’OIF pourrait s’avérer une excellente opportunité pour obtenir un consensus. Il pourrait être suggéré de combiner une résolution de soutien du gouvernement ouvert comme forme privilégiée de gouvernance à la création d’un nouveau vecteur de l’OIF: l’Association internationale des gouvernements ouverts de la Francophonie.

Étape 6: DEPLOIEMENT D’UN PLAN QUINQUENNAL DE SENSIBILISATION ET D’IMPLANTATION DU GOUVERNEMENT OUVERT CHEZ DES MEMBRES DE L’OIF ET VILLES DE LA FRANCOPHONIE. Une fois qu’une résolution, déclaration, ou autre forme d’accord sera convenue entre les États ayant le français en partage, nous avons prévu un plan quinquennal, dont le déploiement permettra l’implantation du gouvernement ouvert dans jusqu’a 50% des pays de l’OIF et près de 1000 villes francophones. Creation d’un Comité des parties prenantes composé de membres de l’OIF. Un écheancier complet du projet sera défini et approuvé par le Comité des parties prenantes sur la base des exigences à remplir.

ANNÉE 1 du Plan quinquennal . Définir 11 États membres de l’OIF (France, Québec, Communauté francaise de Belgique et la Suisse; ainsi qu’un État membre par 7 regions géographiques, selon la classification régionale officielle de l’OIF) qui participeront cette première année au projet, de même que 33 villes (trois villes par État membre) à participer à un projet pilote sur le gouvernement ouvert. Ce programme pilote aura été clairement défini, et accepté, sur la base des mesures de la réussite. Exécuter le programme.

ANNÉE 2 du Plan quinquennal. Nous continuerons à travailler avec les 11 premiers pays et les 33 villes initiales. En outre, nous ajouterons 7 nouveaux pays. Nous ajouterons aussi 10 nouvelles villes dans chacun des pays d’origine, majorées de autres 3 villes dans chacun des nouveaux pays. Ce qui portera le nombre a 18 pays et 164 villes (33 + 11 x 10 + 7 x 3) francophones. Executer le programme.

ANNÉE 3 du Plan quinquennal. Nous continuerons à travailler avec les 18 premiers pays et les 164 villes initiales sélectionnes lors des deux premières années. En outre, nous ajouterons 7 nouveaux pays. Nous ajouterons aussi 10 nouvelles villes dans chacun des pays d’origine, majorées de 3 autres villes dans chacun des nouveaux pays. Ce qui portera le nombre à 25 pays et 365 villes (164 + 18 x10 + 7 x 3) francophones. En outre, au cours de l’Annee 3, nous mettrons en oeuvre la stratégie propre à l’Afrique par: La mise en oeuvre du programme d’actions défini par le sous-comité. Le lancement et la realisation d’une campagne de financement pour l’Afrique. Executer le programme.

ANNÉE 4 du Plan quinquennal . Nous continuerons à travailler avec les 25 premiers pays et les 365 villes initiales sélectionnes lors des deux premières années. En outre, nous ajouterons 7 nouveaux pays. Nous ajouterons aussi 10 nouvelles villes dans chacun des pays d’origine, majorées de 3 autres villes dans chacun des nouveaux pays. Ce qui portera le nombre à 32 pays et 636 villes (365 + 25 x 10 + 3 x 7) francophones. Executer le programme.

ANNÉE 5 du Plan quinquennal. Nous continuerons à travailler avec les 32 premiers pays et les 636 villes initiales sélectionnés lors des deux premieres années. En outre, nous ajouterons 7 nouveaux pays. Nous ajouterons aussi 10 nouvelles villes dans chacun des pays d’origine, majorees de 3 autres villes dans chacun des nouveaux pays. Ce qui portera le nombre a 39 pays et 977 villes (636 + 32 x 10 + 7 x 3) francophones. Executer le programme.

Rapport final: L’Année 5 du plan quinquennal sera consacrée à terminer tous les projets, évaluer les résultats et à rédiger un rapport final.


LOBBYING PHASE

The Open Government and Francophonie project evolved as I came across several key officials. I refined the project along the way, to respond to what they were telling me and suggesting to do.

Several government officials liked the project and encouraged me to continue lobbying. But as months went by, the list of opponents grew. Risk aversion was very high. Opponents had a very important input in the project: they helped me get the picture of the favorable conditions (what would have been necessary to have in place) in order to make the project happen. They helped me uncover the irritants. Even if they were against the project, they helped shape an understanding of what should be changed for the “grand international Francophone vision of open government” to materialize into the world. In my mind, opponents form a whole and I see them as belonging to the debate and to the project, although they never were put together in a room for a group meeting. Each one of them, they hold a piece of the puzzle. I would like to be able to sit them all in one room, and give them a seminar about what is open government, why and how they should modify their thoughts (perceptions).

If these people – government managers, elected members of parliament – simply changed their mind about open government, with these same people, it would become possible to ensure that the project takes place. Why? There is no one other than these people. These are the people in charge. There is only one prime minister, only one minister of digital economy, only one member of parliament per riding. We cannot remake the world in full, and change all the players by replacing them with others more inclined to change. But leaders can come to modify their attitudes. Yes, they can! But first, they must be aware of their attitudes. Someone has to explain them. If they have no awareness of their own behavior, they will remain in denial.

Just as there are mandatory ethics classes offered to all elected officials (at least in Quebec), I think there should also be mandatory classes of change of attitudes. Classes about a new type of leadership, and how to adjust the thoughts to move from directive leadership to participatory leadership. I incessantly tweet about #leadfromwithin, because I believe it is an important part of the solution.

RECOVERY PHASE

PHOTO: Jean-Paul Diamond

On September 1st, 2011, the député of Maskinongé, Jean-Paul Diamond, told me, “There is no solution. There is nothing at the Quebec government that allows to do this project.” Hey, what a pessimist view! (Curiously, Jean-Paul Diamond is the spitting image of my (dead) father. When I met him, I had a hard time focusing on his words, I was deeply troubled by the physical resemblance).

I buried the project. And cried a lot while watching live coverage of the Open Government Partnership launched in New York on September 20, 2011 (http://www.opengovpartnership.org/launch).

Shortly after killing the project in my mind (detachment, liberation), I made quantum leaps in my Kundalini awakening (within a few days, I reached the 2nd and 3rd fusion, Sahasrara). There is one last fusion for me to reach (transfiguration)… and I will disappear into the light. I still have many years in this lifetime to get there.

Already, I can see a pattern. Every time I cash in a major failure, it has a positive strong impact on my Kundalini journey. A month after I turned off Zonegrippeaviaire (in early January 2010), I had the first Kundalini fusion, in early February (first fusion of energy takes place in the heart). I had no idea what was happening. I thought I was sick, I thought I had contracted a very strange rare illness, and that I was to die very soon. A similar experience was recalled by Gobi Krishna. About two months after awakening the Kundalini Gopi Krishna believed he was about to die. He had been in agonizing pain for hours.”

"There were dreadful disturbances in all the organs, each so alarming and painful that I wonder how I managed to retain my self-possession under the onslaught. The whole delicate organism was burning, withering away completely under the fiery blast racing through its interior. I knew I was dying and that my heart could not stand the tremendous strain for long." (ref Georg Feuerstein)
I passed full medical examinations. I had a heart ultrasound. Doctors found nothing wrong. It took me 18 months to understand: "The body has to undergo a huge transformation in order to physically support higher states of consciousness." (Deepak Chopra).

I can foresee that the next big thing to happen to me will possibly propel me to the highest level of consciousness.

This is the first time that I openly write about my Kundalini experience. I went through this situation alone, with nobody to talk to. I am hoping to find people like me. I know they exist out there. I am convinced that as we enter a new Age (we are apparently in the transition out of the information age and into the age of wisdom) more and more people will experience an expanded consciousness. Kundalini is a very scientific and biological event occuring in the body. Today’s research done in the mind and consciousness seems to be coming closer to this understanding. Researchers can see that there are marked physical differences in those men and women who have unlocked this dormant energy.

I thought I was done definitively with this story, but Alberto Cottica (from Edgeryders) pushed me to tell it here. Maybe all is not buried ten feet underground. Who knows, maybe one day my open government dream will become a reality. Meanwhile, I am very happy to be part of the great Edgeryders experience.

Quelques problèmes d’innovation et de leadership

Bonjour Lynn, en vous lisant en tant que philosophe expérimentaliste, j’aurais trois suggestions au moins à faire.

  1. Le problème du leadership est lié à la définition que l’on en donne et à la définition du monde, de l’humain auxquelles cette première définition renvoie. Par exemple, si la définition du leadership est celle utilisée par l’économiste Jensen, alors elle renvoie à un monde qui fonctionne sur le mode de la crise, de la destruction créatrice et à un humain que l’on doit éduquer pour le réformer, c’est-à-dire faire disparaître de lui les biais psychologiques qui l’égarent. Or, cela est le modèle du prix Nobel Daniel Kahneman. Mais ce dernier vient d’écrire que la connaissance de ses biais personnels ne permet pas de se préserver de leur influence sur nos activités et jugements. Donc l’Op Gouv doit se doter d’un modèle de monde, ou pour le moins le décrire, le faire explorer, et un modèle d’humain actif dans ce type de monde et capable d’Op Gouv.

2)Le problème de l’innovation. Ainsi que le rappelle H. Reeves que vous citez, l’innovation a à voir avec un futur qui n’est pas prédéterminé. Donc il convient de se prémunir contre toute prédétermination ce qui implique que la définition même de l’Op Gouv ne soit pas une prédétermination mais plutôt une forme d’espoir.

  1. Enfin, le libre accès aux données des gouvernements, institutions, entreprises, nécessite la conception d’outils nouveaux de traitement de ces données parce que tout outil de traitement de données implique a priori des actions particulières. Un de mes modèles prédit que plus de nouvelles données sont accessibles plus des actions banales, ayant déjà eu lieu se mettent en place et se trouvent justifiées.

Le rôle de la philosophie dans le débat sur l’opengov

Je me disais que l’apport d’un philosophe expérimentaliste serait des plus utiles, au think tank Edgeryders! Merci beaucoup pour ces commentaires, Michel.

  1. Le problème du leadership me hante depuis le 1er septembre, depuis ce jour où j’ai reçu la réponse “Il n’y a pas de solution.” Je me suis heurtée à un modèle de leadership. Depuis ce temps, je cherche un autre modèle, qui conviendrait au gouvernement ouvert. Ma seconde interrogation concerne ceci: une fois qu’un modèle de leadership est défini, comment s’y prendre pour le faire adopter et le faire appliquer par les élus, dirigeants et gestionnaires gouvernementaux? Les leaders gouvernementaux actuels se sont enfoncés dans ce que plusieurs décrivent comme ‘The Shadow’, le côté sombre du leadership. Il n’y a pas de baquette magique qui permette de leur toucher le front pour que leurs pensées s’illuminent soudainement. Comment amener ces individus à changer de modèle? J’avoue que je pâlis à cette perspective.

J’ai tenté d’expliquer aux élus et dirigeants gouvernementaux qu’il n’y a pas perte de pouvoir, mais plutôt un déplacement du pouvoir, une répartition différente du pouvoir, lorsqu’on passe du modèle de leadership directif au modèle de leadership participatif.

Ici, s’introduit la notion de souplesse, qui n’est pas non plus très facile à accepter, pour des gens habitués au contrôle.

  1. Le gouvernement ouvert, comme étant une forme d’espoir, ce ne serait pas tellement compliqué à expliquer et à faire comprendre aux décideurs gouvernementaux et à la population. Si l’on présente le gouvernement ouvert comme étant une philosophie, dont les principes s’appuient sur la transparence, la participation et la collaboration, la poursuite d’un idéal devient alors relativement simple à saisir.

  2. Le libre accès aux données cause généralement le moins de remous et de résistance. Cela s’effectue habituellement dans une optique de sécurité de l’information. Avant même que les données soient libérées, la listes des données non libérables est exigée par les dirigeants gouvernementaux.

LE RÔLE DE LA PHILOSOPHIE

Nombreux sont celles et ceux qui se sont contentés jusqu’à présent de commenter ce qui se fait dans le domaine du gouvernement ouvert, sans s’attarder sur CE QUI DEVRAIT ÊTRE.

Cet été (13 juin 2011), j’ai traduit en français un billet de Alberto Cottica sur mon blogue: A people, not a target group: why advertising thinking can damage the collaboration between people and government". Ma traduction “Une population n’est pas un groupe-cible: pourquoi la pensée publicitaire peut nuire à la collaboration entre les gens et le gouvernement”.

J’ai indiqué: “Il serait intéressant, maintenant, qu’Alberto Cottica. John F Moore (et / ou d’autres personnes, s’efforcent de décrire CE QUE NOUS VOULONS. En quoi devrait consister une relation de co-production co-création entre un gouvernement et des citoyens? Le défi est lancé…”

Il n’y a pas eu beaucoup de réponses…

Le 17 mars 2011, Microsoft France avec RSLN et le World e.gov Forum, a organisé un atelier de réflexion intitulé “L’open data et nous et nous et nous?” Le philosophe Bernard Stiegler a introduit les débats. Il a déclaré que “l’open data (les données ouvertes) est un événement d’une ampleur comparable à l’apparition de l’alphabet”.

Magnifique déclaration, mais cela concerne l’open data, et non pas le gouvernement ouvert.

Dans l’espace francophone mondial, un seul pays francophone s’est doté d’une politique de gouvernement ouvert: le Canada.

Or, comme Démocratie en surveillance l’a souligné dans son rapport, le Canada a reçu une mauvaise note de 61% parce que “Presque toutes les lois nécessaires à l’intégrité d’un système de gouvernement efficace ont été prévues au cadre juridique. Cependant, des lacunes et des failles dans les lois, et une application faible, portent atteinte au système.” (voir le communiqué du 4 mai 2011 de Démocratie en surveillance.) La déclaration de gouvernement ouvert au Canada ne signifie pas grand chose, dans les faits. Le Canada s’est joint à l’Open Government Partnership, le 20 septembre 2011, mais n’a pas déposé de plan d’action.

N’empêche que sur le territoire canadien, il y a la province de la Colombie-Britannique, qui a déployé de nombreux efforts depuis que la première ministre Christy Clark a déclaré que la province est un gouvernement ouvert. BC s’est doté d’une très bonne équipe, dont plusieurs membres ont encouragé le projet Gouvernement ouvert et Francophonie. Peu maîtrisent l’usage de la langue française en Colombie-Britannique (les échanges concernant le gouvernement ouvert se sont tous déroulés en anglais), mais il y a eu un appui, il y a eu démonstration de solidarité, et des gestionnaires gouvernementaux m’ont dit qu’il souhaitaient vivement que la province du Québec exerce un leadership dans ce domaine.

Ce qui n’est pas arrivé. Et je doute que cela se produise dans un avenir rapproché.

Toujours au Canada, il s’est déroulé en octobre 2010, à Edmonton, en Alberta, une conférence intitulée “Beyond Edmonton 2010”, où quelques conférenciers invités se sont penchés sur le “futur du gouvernement 2.0”. Le Dr Mark Drapeau et Adriel Hampton ont été mandatés pour réfléchir à ce futur. (Les présentations des conférenciers peuvent être visionnées ici.)

Il n’y a guère eu jusqu’à présent de réflexions de niveau ‘philosophique’, à propos du futur du gouvernement ouvert dans l’espace francophone, de même qu’ailleurs dans le monde. Les discussions qui prendont place au cours des prochains mois, dans ce think tank Edgeryders, permettront peut-être d’éclairer les dirigeants gouvernementaux à propos de ce qui devrait être mis en place pour faciliter l’adoption de gouvernements ouverts à travers le continent européen (et au-delà de cet espace).

Que peuvent faire le philosophe et l’Op Gouv

Bonsoir Lyne,

Je pratique une philosophie qui se rattache à la philosophie générique, c’est-à-dire une philosophie qui n’est en rien la science des sciences, en rien la connaissance ultime à propos de toutes les connaissances. Elle est une bonne compagne qui permetde regarder, ou d’organiser ce que nous percevons d’une autre façon dans le cadre d’une exploration de l’humain. Si j’utilise un modèle simple de l’humain, l’humain en tant que nature à comprendre ne nous est pas donné d’une manière évidente. Il faut aussi l’exposer, savoir utiliser, etc.

Ceci étant, pour agir philosophiquement à propos des situations problématiques que vous décrivez, je dirais qu’il faut à la fois en faire un ou des modèles et utiliser des modèles déjà construit pour voir si nous pouvons comprendre ce qui se passe en mieux. Typiquement, et sans introduire de la psychologie dans la philosophie que je pratique, “quelqu’un qui ne change pas son mode d’action” devrait d’abord être saisi par un modèle. Ici, par exemple, on pourrait utiliser celui du “verrouillage cognitif”. Les cognitivistes montrent que lorsqu’un acteur est verrouillé sur une tache, rien d’extérieur à la situation, ne peut pénétrer dans le système cognitif. Donc un politique qui ne veut pas changer son mode de leadership pourrait être verrouillé sur sa tache. Maintenant on regarde si ce modèle nous a appris un peu plus sur la situation exposée que ce que l’on connaissait précédemment. Voilà un début de que l’on pourrait faire.

Quant à l’OP Gouv, son énoncé même devrait donner lieu à une modélisation graphique des acteurs, de leurs rôles sous forme de Scène (j’ai développé un mmodèle-concept à se sujet). Mon modèle, la Scène esthétique, qui a aussi évolué sous la forme Scène esthétique/Scène politique (avec le professeur Franck Tannery), en dehors de la modélisation précise de la situation des acteurs et du fonctionnement de leurs relations, affirme qu’à chaque instant tout corps, tout acteur participe à plusieurs scènes, occupant en elle des rôles simultanément différents. Je ne dis pas que c’est un bon modèle pour représenter l’Op Gouv, mais il est plus riche que celui de Goffman, plus proche de ce qui est modélisé ailleurs, par exemple à la NASA, pour les relations des astronautes entre eux et avec un centre de contrôle. Donc ça oblige à tester des définitions de l’Op. Gouv.

L’objectif est de produire partout de la variété de connaissances, d’explications, de formes, et tester leur existence d’une manière continue.

Et puis il y a les modèles et ensuite il faut aller du côté des applications comme lorsqu’on passe par exemple des modèles physiques, physico-chimiques de la matière aux pratiques industrielles pour la façonner, la dompter, etc.

Verrouillage

Le seul modèle que nous possédons, dans toute la Francophonie (et c’est tirer par les cheveux, car il s’agit d’un gouvernement anglophone dans un pays bilingue), et qui fonctionne admirablement bien, qui produise des résultats rapides avec très peu de moyens financiers, et qui est louangé par tous, c’est celui du gouvernement de la Colombie-Britannique.

Avant d’être première ministre, Christy Clark a annoncé pendant sa campagne électorale son intention de devenir le premier ministre le plus branché au Canada, et de faire un gouvernement ouvert.

Une fois élue, Christy Clark a simplement dit, ‘Bon, j’ai dit que je ferais cela, on fait cela.’ Et personne dans son gouvernement ne l’a critiquée ni ne s’est objecté. Ils se sont tous conformés à cette vision, sans qu’il n’y ait la moindre anicroche. La première ministre a confié la responsabilité du gouvernement ouvert à Stéphanie Cadieux (http://ca.linkedin.com/in/stephaniecadieux), la ministre du Développement social. Cette personne est handicapée, elle se déplace en fauteuil roulant. En raison de sa condition physique, elle a probablement dû entrainer son esprit (davantage que d’autres personnes) à voir les choses sous d’autres perspectives. Par ailleurs, nous avons, parmi les fonctionnaires-clés en charge du gouvernement ouvert de cette province, David Hume (http://ca.linkedin.com/in/dbhume), Executive Director, Citizen Engagement, qui détient un baccalauréat en… philosophie, et qui est musicien à ses heures, si je ne me trompe.

Dans le cas de BC, le leadership est provenu des sphères supérieures. Il y a eu consensus et mobilisation derrière la vision des sphères supérieures, et les principaux acteurs en charge des dossiers s’efforcent de penser différemment dans tout ce qu’ils font.

J’étais présente lorsque le gouvernement du Québec (le groupe @GautrinWeb2) a consulté des membres du gouvernement de la Colombie-Britannique. Leur histoire fut époustoufflante.

En dehors de cet oasis de gouvernement ouvert, le “verrouillage” semble assez répandu. Lorsque la volonté n’est pas présente dans les hautes sphères, chacun des rouages n’arrive pas à fonctionner, même si certains aimeraient fonctionner avec un gouvernement ouvert.

Ce que j’aimerais découvrir, c’est comment on fait-on pour passer du modèle ‘verrouillage’, à quelque chose qui fonctionne? Est-il possible de déverrouiller? Ces gens empêcheront-ils indéfiniment que le changement pénètre leur système? Doivent-ils être remplacés?

Dans l’entreprise ou une armée, une fois le constat de “verrouillage” effectué et évalué comme dommageable, la personne verrouillante est virée. Pour le moins c’est ce que nous dit. Or, je connais au moins un cas où se “déverrouillage” a été, ou est encore, impossible. Des équipementiers de l’industrie automobile, en suivant la mode du KM (Knowledge Management), ont mis en place parmi les ouvriers, les opérateurs, des personnes de référence chargées de diffuser leurs connaissances. Dans 3 sociétés au moins, appartenant à des groupes industriels différents, ces personnes de références ont verrouillé la transmission des connaissances et sont devenues indéboulonnables.

Je pense, en tant que philosophe expérimentaliste, qu’il nous faut mettre en modèle sur des cas particuliers, le fonctionnement du “verrouilleur” pour comprendre son système relationnel, quels sont ses intérêts à ne pas changer (je pars du principe que le refus du changement résulte d’un contexte et n’est pas une position a priori comme l’on trouverait avec un acteur à la psychologie rigide). Mettre en évidence donc le système complexe de relations, les connaissances qui sont mises en jeu dans ce système et les connaissances qu’il faut avoir de l’extérieur pour comprendre le système. Si l’on s’y prend bien, avec un nombre convenable d’expérimentations, nous devrions trouver des modèles généraux distribués en séries-types. Et de ces modèles nous devrions pouvoir tirer des principes d’action.

La République française et les philosophes

J’ai effectué une petite enquête hier sur Twitter. Walter Schwabe (http://ca.linkedin.com/in/walterschwabe) de FusedLogic a confirmé qu’il n’y a pas encore eu de conférence portant sur le futur du gouvernement ouvert (ou encore le rôle de la philosophie). ‘In terms of a conference? Not one with that focus…’ (http://twitter.com/#!/fusedlogic/statuses/139387683624587266)

Quelques philosophes et intellectuels sont consultés de temps à autre, pour s’entretenir de «l’avenir de nos sociétés» par le Président de la République française, Nicolas Sarkozy. Bernard-Henri Lévy l’a accompagné en septembre 2011 en Libye. On entend parler d’entretiens avec Max Gallo, André Gluscksmann, et Pascal Bruckner, pour n’en nommer que quelques-uns.

J’ai souligné qu’en Colombie-Britannique, un diplômé en philosophie était à la tête des relations avec les citoyens.

Les philosophes ne sont pas invités dans les salons de la colline parlementaire à Québec.

@Michel Filippi, entrevoyez-vous un rôle possible, que pourraient jouer des philosophes et intellectuels, dans le développement du gouvernement ouvert en Europe, et ailleurs dans le monde?

Neal Gorenflo a livré un magnifique témoignage (voir ‘Interview with a sharer’) dans Edgeryders. J’aimerais beaucoup entendre votre témoignage, Michel Filippi, comment vous en êtes arrivé à devenir un ‘philosophe expérimental’. Pourquoi vous suivez-vous avec autant d’intérêt la politique et vous intéressez-vous aux principes du gouvernement ouvert? Svp, ‘Share your ride’, partagez votre histoire. Histoire d’intéresser davantage de décideurs gouvernementaux à échanger avec des philosophes, artistes et autres, sur «l’avenir de nos sociétés» en Europe…

Philosophes et Politiques et Un chemin

Lyne, de tout temps, pratiquement dans toutes les civilisations, nous trouvons des philosophes proches du pouvoir parfois agissant avec succès, parfois non. Il y eut des Empereurs philosophes dans le monde romain et le monde chinois semble faire de la philosophie, ou pour le moins ce qui y ressemble en Chine, un mode pour l’action politique.

Mais je trouverais désastreux que maintenant et pour le devenir, les philosophies soient pris pour des devins capables de prédire le devenir ou des détenteurs de la science ultime qui permet de tout comprendre. A minima le philosophe doit permettre aux Politiques d’ouvrir ses variétés de compréhension du monde et des modes d’action.

Peut-être, comme vous le souhaitez Lyne, est-il plus facile de comprendre mon propos, en décrivant comment je suis devenu philosophe.

Pour tout dire, au lycée je dormais pendant les cours de philosophie car l’exposition des Grands principes m’ennuyait. Pour le baccalaureat j’ai du passer une épreuve de philosophie dans laquelle j’ai senti que je n’avais aucune autre liberté que de me conformer à des attentes, faire une belle étude de texte ou donner la “bonne opinion”. Alors j’ai pris le sujet sur la guerre. Je ne me souviens plus du sujet, mais c’était en gros d’arguer sur le fait que la guerre pouvait être civilisée. j’ai arguée que la guerre devait être sans pitié, oubliant de dire à l’époque, que la guerre étant par nature une monstruosité, la civiliser ne conduisait qu’à l’accepter comme un bien, et que cela était du point de vue de l’Homme, inacceptable.

Je suis devenu psychomotricien (je ne sais comment ce métier ce nomme au Canada). La rééducation psychomotrice des personnes handicapées ou malades mentales. J’ai enseigné ce métier à l’université pendant 5 ans. j’ai vite constaté que le monde de la rééducation était inflitré par des problématiques tellement dangereuses que ce n’était que par miracles que des enfants, des adolescents ou des adultes pouvaient sortir du statut d’handicapé ou de fou à celui de personne “normale”. J’ai constaté que ces gens dits fous, handicapés, étaient des objets, objets de soins, objets de pratiques injustifiées, objets pour que les soignants, les rééducateurs soient certains d’être les plus normaux. Et puis, vraiment, j’exigeais par mes techniques, de ces personnes un changement démentiel, moi-même, d’un tel changement, en étais-je capable?

Mon épouse a soutenu ma décision. Je suis devenu représentant de commerce pour le compte du groupe Electrolux, un “door-to-door salesman”. C’était horriblement à apprendre, non pas intellectuellement, mais à apprendre comme pratique. Je voyais des gens, que l’on aurait classé comme “feeble mind” dans mon précédent métier réussir mieux que moi. Mais j’ai appris, je suis devenu un bon vendeur, puis un formateur de vendeur.

Je me rendais compte que je ne comprenais pas la vente comme les autres vendeurs, les directeurs commerciaux. Je voyais ce monde autrement.

J’ai commencé à comprendre que ma révolte depuis mon métier de psychomotricien venait de ma compétence naturelle à modéliser, à trouver des relations inédites semble-t-il entre les gens, les actions, les choses.

Et j’ai découvert que je m’ennuyais. J’ai tenté de devenir directeur commercial mais là vraiment ce n’était pas le truc.

Mon épouse qui est une psychologue psychothérapeute réptuée, issuse d’une famille de grands intellectuels, dont l’un au moins a entretenu des relations avec le Québec d’un point de vue politique, mon épouse donc m’a dit que j’avais l’esprit d’un philosophe.

J’ai été accepté directement en DEA en raison de mon parcours après avoir rencontré le Professeur Deloche, professeur d’esthétique. Je trouvais que ce qu’il disait de l’Esthétique expérimentale se rapprochait de mon expérience de vendeur. J’ai entrepris une thèse mais qui n’a jamais été présentée parce que je n’écrivais rien de classique. Je crois que je lui ai fait peur.

J’étais intégré dans un laboratoire commun à deux écoles d’ingénieur, laboratoire s’occupant d’enseignement à distance. J’ai développé des modèles de recueil de connaissance, de logicle d’enseignement auto-adaptatif, fonction des styles comportementaux.

J’ai commencé à exploiter ces odèles dnas l’industrie mais bon. Pour le dire grossièrement tout le monde se moque de recueillir des connaissances, de savoir les rendre utilisables, de mettre de l’argent là-dedans. Personne ne se rend compte que les connaissances sont un bien qu’il faut recueillir de manière certaine, améliorer du point de vue de la qualité, et rendre disponible de manière égale pour tout un chacun. Je me suis opposé à la notion de génie, d’élite, en affirmant que les Ecoles d’ingénieur ne se souciaient pas de la qualité de l’enseignement parce qu’elles avaient besoin de gagnants et de perdants pour montrer qu’elles savaient former les meileurs. En gros les Ecoles d’ingénieur se sentiraient minables si tout le monde réussissait à apprendre ce qu’elles enseignent.

Or, nous devons affirmer que toute connaissance étant produite par l’Homme, il serait étonnant qu’un autre Homme ne puisse la comprendre et en user. D’où l’hypothèse que la transmission des connaissances est perturbées par des comportements, des modes de mises en forme, destinées à égarer les apprenants. C’est démontrable et j’ai démontré qu’un même logiciel présenté sous des aspects différents est compréhensible ou obscur pour les mêmes “apprenants”.

A partir de ce labo j’ai rencontré la philosophe Anne-Françoise Schmid qui s’est intéressé à mes travaux, puis son mari le philosophe François Laruelle. J’ai appris, compris que j’étais proche de la non-philosophie, que j’avais une oeuvre (dixit mon épouse).

Donc j’écris. mes travaux sont abstraits. Ils concernent la production d’innovations, le mode de relation de l’humain dans le monde. J’en fais des modèles pour tester ces abstraction dans le monde et voir si cela permet de mieux comprendre et agir.

Je me suis intéressé au traitement des données dans le cadre de la variété des modes d’action.

Et puis, il y a quelques mois, un ami lointain m’a demandé d’écrie en direct dans le cadre de sa maison d’édition électronique pour montrer que l’on pouvait mettre à disposition en temps réel de la recherche pour un usage immédiat. Ces écrits électroniques, Tribune(s), Clinique stratégique, sont des applications même si Tribune(s) parait être un recueil d’opinions personnelles.

Les Tribune(s) manifestent les voies que l’expression peut prendre selon la position d’un sujet dans mon modèle de la Scène Esthétique.

La Clinique stratégique est l’application d’un autre modèle désigné comme “Le cône”, très proche de ce que je développe dans un autre écrit électronique en cours, L’au-delà comme actuel, sur la prise en compte des connaissances de la physique expérimentale pour être au monde.

Par Twitter, en raison des événements actuels, je me suis plus intéressé à la Politique car j’ai constaté que mes outils pouvaient apporter de la connaissance. Non la connaissance exacte mais de la connaissance.

L’Op Gouv me paraît dans ce cadre l’une des voies explorables, l’une des voies où mes outils, mes écrits abstraits peuvent faire leur travail, u lieu où expérimenter.

Bon, voilà, je suis assez cohérent, je fais mon sillon et j’explore.

Bonne soirée Lyne.

Michel

Vive les Electrolux!

MICHEL FILIPPI

Eh bien ça alors! Je ne m’attendais pas à cela. Je suis une fan invétérée des balayeuses Electrolux, je n’ai jamais balayé de poussière de toute ma vie qu’avec cela. Ne me parlez pas d’autres balayeuses, je n’en veux pas! Ma très chère Electrolux a au moins 25 ans, et son moteur ronronne comme un neuf. Ça aspire tout ce qui se trouve sur son passage avec une force de succion extraordinaire, ces engins-là! (Vraiment satisfaisant.)

Comme il est fascinant de découvrir les histoires et parcours. Une compétence naturelle à modéliser! Cela donne le goût de découvrir tes écrits, et j’espère que la sphère du gouvernement ouvert sera pour toi un lieu d’exploration enrichissant.

Avec le développement des données ouvertes, les gouvernements devront apprendre à analyser l’information. Même que cela devra devenir essentiel. Un rapport de Deloitte recommande de ‘Faire de l’analyse de données une compétence essentielle’:

‘Afin d’améliorer l’utilité des données gouvernementales en ligne, les gouvernements eux-mêmes doivent développer les compétences analytiques nécessaires au partage et à la manipulation des données qu’ils collectent, en plus du volume croissant de données non structurées disponibles en ligne. Une large quantité de données est actuellement enfermée au sein d’unités gouvernementales, ce qui rend difficile l’analyse des interrelations des programmes pour les directeurs. Si l’ouverture des données publiques transforme véritablement la manière dont le gouvernement fonctionne, l’analyse de données devra être alors une compétence essentielle de la plupart des organismes.’

J’ai sursauté, quand j’ai lu, dans un de tes commentaires, que les ‘verrouillés’ étaient tout simplement ‘VIRÉS’. Malheureusement, il n’est pas toujours possible de déloger les décideurs gouvernementaux coincés dans ce modèle. Cependant, à la longue, j’ai remarqué qu’ils finissent par se nuire à eux-mêmes. De nos jours, ce genre de comportement a par ailleurs tendance à ne plus être tellement toléré, et au bout de quelque temps, il survient des événements qui les propulsent dans l’embarras.

Pourrais-tu svp copier/coller ton superbe texte dans ‘SHARE YOUR RIDE’? Se rendre à cette page, http://edgeryders.ppa.coe.int/bootcamp/share-your-ryde, et cliquer sur le bouton ‘Do this mission now’. (C’est l’objectif du projet Edgeryders, recueillir ce genre d’information.)

Merci beaucoup pour ta contribution au think tank Edgeryders.

P.S. Moi aussi, je dormais pendant les cours à l’université! J’ai opté pour l’histoire de l’art, mais quand par exemple il était question de trouver un sens symbolique à une petite plante située dans un coin d’une tapisserie ou oeuvre de plusieurs mètres de longueur, le professeur me perdait totalement. Je préférais compter les tuiles au plafond de l’amphithéâtre. Je n’ai pas poursuivi l’histoire de l’art au niveau de la maîtrise.

CYRIL LAGE

Bienvenue chez Edgeryders. Nous sommes impatients d’en savoir plus à ton sujet, et de découvrir ton histoire, ce qui t’a poussé à t’intéresser aux données ouvertes et au gouvernement ouvert. Nous sommes ici, et attendons patiemment ton retour. Bon succès pour le lancement de ton projet.

LAYE

Bienvenue aussi à Laye, qui habite à Dakar au Sénégal. La synergie commence à naître sur la plate-forme Edgeryders. Très prometteur!

Verrouillés Virés?

Bonsoir Lyne

J’ai dit que c’est souvent le principe de virer ceux qui verrouillent mais, le plus souvent, ils tiennent u noeud de relations qui rend difficile leur départ. En disant qu’il faut modéliser cettte situation, je voulais signaler que toutes les situations qui paraissent identiques ne le sont pas et qu’il s’agit de découvrir les bonnes raisons qui font qu’une personne verrouille. Je reviens d’un colloque sur l’éducation populaire et un participant me faisait remarquer que pour lui, le blocage de l’éducation populaire venait du fait que ce système s’était doté d’éducateurs professionnels qi passaient plus de temps à “professionnaliser” leur identité qu’à faire en sorte que les classes populaires soient éduquées. D’autres personnes ont remarqué cependant que ces éducateurs professionnels sont de plus en plus contournés par les populations parce que ces dernières bougent, désirent quelque chose et que leurs projets diffèrent de plus en plus de celui des éducateurs et des mouvemenets d’éducation populaire.

La modélisation de ces mouvements permet de générer de la connaissance, une connaissance en général autre que celle dont disposent les politiques.

Bon, je vais faire mon copié-collé et longue vie aux balayeuses qu’en France nous nommons aspirateurs-traineaux, aspirateurs-balais.

Analyse des données

Lors de l’application de mes modèles philosophiques à l’industrie, j’ai remarqué que les entreprises industrielles produisaient de l’information qui avait potentiellement autant si ce n’est plus de valeur que leurs produits. Je parle d’information au sens élémentaire et je dirais “données” ou “data” lorsque cette information est transformée et devient utilisable. Disons qu’elles produisent du bruit et cela est jeté à la poubelle, ignoré. Pour rendre utilisable cette production, il faut des outils et inventer des outils.

Pour donner un exemple, les entreprises de vente recueillent les noms et adresses de leurs clients, leur âge, leur profession, leurs goûts. Amazon le fait très bien. Mais imaginons simplement que vous rassemblliez les adresses, les âges, le sexe des clients dans un cube. Vous cherchez ue façon d’ordonner tout cela et petit à petit vous trouvez des correlations qui n’apparaissent pas autrement et qui vous donnent à penser. Donc vous avez produit de la connaissance. Peut-être que l’on ne sait pas quoi en faire, comment faire, mais ça donne à penser.

Un exemple plus précis. Il y a quelques années, nous avons mené une petite expérience pour démontrer que l’on pouvait connaître les groupes qui se forment au sein d’une messagerie. Les sciologues et psychologues voulaient analyser les contenus des mails. La loi l’interdit sauf autorisation de chaque producteur de mail. Nous nous sommes partis d’une autre hypothèse, tout mail dans un groupe possède des caractéristiques visibles en dehors du contenu: il a un poids spécifique et il est lu dans un délai restreint. Nous avons ainsi pu montrer que des personnes affirmant ne pas travailler ensemble formaient un groupe de travail spécifique mais, nouvelle connaissance, certaines personnes à l’intérieur du groupe ont alors déclaré qu’elles travaillaient ensemble dans le cadre d’un autre réseau. Bien sûr, nous avions travaillé sur des messages stockés ce qui a permis de mener des interviews avant et après notre analyse. Cela a donné à penser.

C’est un peu le travail que fait nombre d’agence de renseignements, cf. Philosophie du renseignement d’Isaac Ben-Israêl.

Un autre point important est la représentation que l’on donne au bit d’information et à son organisation. Chaque mode de représentation ajoute et retranche des possibilités de connaissance. Une même information transformé en en nombre, mot ou image, ne conduit pas à des pensées identiques, n’attire pas les mêmes significations.

ACTION SUR LA FORME

Jusqu’à présent, nous avons discuté de modèles, mentionné le processus de «verrouillage», et souligné l’importance de l’analyse des données.

Nous entrons dans le vif du sujet, c’est-à-dire la création des données. J’ai beaucoup parlé ces derniers mois de «co-création, co-production» entre un gouvernement et des citoyens.

ÉNONCÉ DE MISSION

Sur Twitter, Michel Filippi m’a pointé un article de @karlpro datant d’avril 2009 sur la «proximité sémantique» en photographie (http://www.la-grange.net/2009/04/28/proximite-semantique). Michel, qui a nous a expliqué qu’il possède un talent naturel pour «trouver des relations inédites semble-t-il entre les gens, les actions, les choses». (Voir «Comment je suis devenu philosophe» http://edgeryders.ppa.coe.int/share-your-ryde/mission_case/comment-je-suis-devenu-philosophe). En pointant cet article, il effectue un parallèle entre le développement social de l’image et ce qui pourrait survenir aussi dans un contexte de gouvernement ouvert.

«Le nombre d’utilisateurs et le volume de données donnera sa forme au système. Laisser émerger la forme de l’action, plutôt que de modéliser l’action sur la forme», a indiqué Karl Dubost (un Montréalais).

Ceci pourrait constituer (je vous lance la proposition), l’inspiration pour l’énoncé d’une mission collective que plusieurs participants de nombreux pays européens (et au-delà de ce territoire), pourraient entreprendre chacun dans leurs localités, et rapporter leurs impressions sur la plate-forme Edgeryders. La semaine prochaine, l’équipe Edgeryders se penchera sur la formulation de cette mission collective, et nous pourrions en discuter ici.

DIVERS IRRITANTS QUI PEUVENT CONDUIRE AU «VERROUILLAGE»

D’ici là, j’aimerais revenir sur le «verrouillage», et explorer quels pourraient être divers irritants ou contextes pouvant pousser des décideurs et gestionnaires gouvernementaux à s’envelopper dans ce genre de processus.

J’ai tenté de comprendre d’où vient les craintes, la peur du changement. J’ai cherché des réponses chez les neuroscientifiques. Il est possible d’entraîner son cerveau à entrevoir les choses différemment, et cela a un effet libérateur sur la créativité. «Les iconoclastes sont en mesure de faire des choses que les autres disent ne peut être faites, parce que les iconoclastes perçoivent les choses différemment des autres. Cette différence de perception joue un rôle crucial dans les premières étapes d’une idée. Cela influe sur la façon dont les iconoclastes gèrent leurs craintes, et cela se manifeste dans la façon dont ils présentent leurs idées aux masses de non-iconoclastes», indique le Dr Gregory Berns (http://findarticles.com/p/articles/mi_6714/is_1_52/ai_n31297694/).

Par ailleurs, j’ai identifié d’autres facteurs nuisibles à l’essor du gouvernement ouvert, tels que les tactiques de la communication perverse, et la corruption. Il doit y avoir de nombreux autres irritants, que nous pourrions tenter d’identifier ensemble, afin d’aider les instances du Conseil de l’Europe à formuler des recommandations facilitant l’implantation de gouvernements ouverts sur le continent.

Un gouvernement ouvert ne s’implante pas dans n’importe quel contexte. Certaines conditions doivent être en place, sinon on assiste à une perte de sens, comme cela peut être observé avec le modèle de gouvernement ouvert du gouvernement fédéral canadien. Il y a eu une déclaration de gouvernement ouvert. Mais il est demeure difficile de décrire à quoi cela correspond.

LES CONDITIONS FAVORABLES

Je considère qu’il devrait y avoir:

>>> De l’écoute. Un dirigeant gouvernemental doit bien percevoir ce que chacun a besoin et ensuite mettre ses perceptions en action. (http://lynerobichaud.blogspot.com/2011/02/lecon-no1-de-leadership-du-xxie-siecle.html)

>>> Un partage de soi-même. De la maîtrise de compétences de base dans la compréhension des attitudes et du comportement humain.  Être prêt à construire de vraies relations. Transparence dans les relations. Démontrer de l’authenticité et un intérêt personnel envers les autres.  (http://lynerobichaud.blogspot.com/2011/02/lecon-no2-de-leadership-etablir-des.html)

>>> Une prise de conscience qu’il faut changer de modèle de leadership. Alan Greenspan a déclaré en 1999 (http://news.bbc.co.uk/2/hi/8244600.stm): (Market crisis will happen again) «C’est la nature humaine. À moins que quelqu’un ne trouve un moyen de changer la nature humaine, nous aurons plus de crises.» Si nous voguons de crises en crises, c’est que nous n’avons pas compris quelque chose. (http://lynerobichaud.blogspot.com/2011/02/lecon-no3-de-leadership-etre-conscient.html)

>>> Une action éclairée. (http://lynerobichaud.blogspot.com/2011/02/lecon-no4-de-leadership-laction.html) Des gestionnaires gouvernementaux qui agissent en modèles d’excellence, orientés vers l’action. “Ai-je fait ce que j’ai dit que je ferais?”. Prendre des risques, demander du feed-back, etc.

RELATION PERVERSE

Ces dernières années, j’ai tenté de trouver des explications du côté de la psychiatrie. Les travaux de la (Française) Dre Marie-France Hirigoyen (http://www.mariefrance-hirigoyen.com/) sur le harcèlement moral, l’emprise et la violence perverse au quotidien, m’ont fait découvrir le modèle de la relation perverse: refuser la communication directe; déformer le message; mentir, manier le sarcasme, la dérision et le mépris; user du paradoxe; disqualifier; diviser pour mieux régner. Initialement, mes recherches concernaient les relations entre individus, mais je me suis rendue compte que la relation perverse existe malheureusement aussi à une plus grande échelle, dans un contexte politique. En observant les discussions et relations entre élus et gestionnaires gouvernementaux, j’ai remarqué que les diverses facettes de la relation perverse sont souvent à l’œuvre. Si ce type de relation est en place entre élus et décideurs, il pourrait se répéter aussi dans les relations avec les citoyens.

Tant que les décideurs gouvernementaux demeureront dans ce modèle, ils auront de sérieuses difficultés à implanter un gouvernement ouvert.

La communication perverse consiste, selon la psychiatre Dr Marie-France Hirigoyen, en «la mise en place de l’emprise utilise des procédés qui donnent l’illusion de la communication - une communication particulière, non pas faite pour relier, mais pour éloigner ou empêcher l’échange. Cette distorsion dans la communication a pour but d’utiliser l’autre

Refuser la communication directe

Le refus du dialogue est une façon de dire, sans l’exprimer directement avec des mots, que l’autre ne vous intéresse pas ou même qu’il n’existe pas. Avec n’importe quel autre interlocuteur, si on ne comprend pas, on peut poser des questions. Avec les «pervers», le discours est tortueux, sans explication, et conduit à l’aliénation mutuelle.

Déformer le langage

Le message est délibérément flou et imprécis, entretenant la confusion. Un élu ou gestionnaire peut dire «Je n’ai jamais dit cela», et éviter tout reproche. Offrant des propos dans lien logique, il entretient la coexistence de différents discours contradictoires.  Ce qui importe dans le discours, c’est la forme plutôt que le fond, paraître savant pour noyer le poisson.

Mentir

Plus souvent qu’un mensonge directe, un élu ou gestionnaire a recours à un assemblage de sous-entendus, de non-dits, destinés à créer un malentendu pour ensuite l’exploiter à son avantage. Dans son traité ‘L’art de la guerre’, rédigé vers le Ve siècle avant J-C, le Chinois Sun Tse enseignait: «L’art de la guerre est l’art de duper, en se donnant toujours l’apparence contraire de ce que l’on est, on augmente les chances de victoire.» Dire sans dire est une façon habile de faire face à toute situation. Un type de mensonge indirect consiste à répondre de façon imprécise ou à côté, ou par une attaque qui fait diversion.

Quoi que l’on dise, les «pervers» (narcissiques) trouvent toujours un moyen d’avoir raison. Vérité ou mensonge, cela importe peu pour ces personnes. Ce qui est vrai est ce qu’ils disent dans l’instant. Ces falsifications de la vérité sont parfois très proches d’une «construction délirante». C’est ainsi que l’on voit ces personnes entourer leur histoire d’un grand mystère qui induit une croyance chez l’autre sans que rien n’ait été dit: cacher pour montrer sans dire.

Manier le sarcasme, la dérision, le mépris

Vis-à-vis le monde extérieur, ce qui domine est le mépris, la dérision. Le mépris est l’arme du faible: il est une protection contre des sentiments indésirables. On se cache derrière un masque d’ironie ou de plaisanterie. Toutes les remarques désagréables constituent des blessures qui ne sont pas compensées par des marques de gentillesses.

Pour déstabiliser l’autre, il suffit de:

  • se moquer de ses convictions, de ses choix politiques, de ses goûts;

  • ne plus lui adresser la parole;

  • le ridiculiser en public;

  • le dénigrer devant les autres;

  • le priver de toute possibilité de s’exprimer;

  • se gausser de ses points faibles;

  • faire des allusions désobligeantes, ne jamais les expliciter;

  • mettre en doute ses capacités de jugement et de décision.

User du paradoxe

Sun Tse enseigne également que, pour gagner une guerre, il faut diverse l’armée ennemie avant même de commencer la bataille: «Sans donner de batailles, tâchez d’être victorieux.»  Dans une «agression perverse», on assiste à une tentative d’ébranler l’autre, de le faire douter de ses pensées, de ses affects. Le but est de nier tout en paralysant.  Le paradoxe vient le plus souvent du décalage entre les paroles qui sont dites et le ton sur lequel ces paroles sont proliférées. Le paradoxe consiste également à faire ressentir à l’autre de la tension et de l’hostilité sans que rien ne soit exprimé à son égard. Un discours paradoxal rend l’autre perplexe.

Disqualifier

Il s’agit de retirer à l’autre toute qualité, de lui dire et de lui répéter qu’il ne vaut rien, jusqu’à l’amener à le penser. La disqualification à travers l’usage du paradoxe, du mensonge et d’autres procédés sont destinés à enfoncer l’autre pour mieux se rehausser.

Diviser pour mieux régner

Sun Tse dit encore: «Troublez le gouvernement adverse, semez la dissension chez les chefs en excitant la jalousie ou la méfiance, provoquez l’indiscipline, fournissez des causes de mécontentement». Là où le «pervers narcissique» excelle, c’est dans l’art de monter les gens les uns contre les autres, de provoquer des rivalités. La jouissance suprême pour un «pervers» est de faire accomplir la destruction d’un individu par un autre et d’assister à ce combat d’où les deux sortiront affaiblis, ce qui renforcera sa toute-puissance personnelle.

CORRUPTION

Un autre contexte défavorable à l’implantation d’un gouvernement ouvert est la corruption. L’infiltration de la corruption dans les structures gouvernementales ne pousse pas les décideurs à la transparence.

La corruption est définie comme «une perversion ou détournement d’un processus ou d’une interaction avec une ou plusieurs personnes dans le dessein, pour le corrupteur, d’obtenir des avantages ou des prérogatives particulières ou, pour le corrompu, d’obtenir une rétribution en échange de sa bienveillance. Elle conduit en général à l’enrichissement personnel du corrompu ou à l’enrichissement de l’organisation corruptrice (groupe mafieux, entreprise, club, etc.).

Par ailleurs, l’assemblée parlementaire du Conseil de l’Europe définit la corruption comme «l’utilisation et l’abus du pouvoir public à des fins privées». Pour la Commission des communautés européennes, «la corruption est liée à tout abus de pouvoir ou toute irrégularité commis dans un processus de décision en échange d’une incitation ou d’un avantage indu».

Concevoir, modéliser et connaissances

Bon, je venais d’écrire et j’ai fait une fausse manoeuvre, donc mon texte a dû passer aux oubliettes. je vais donc refaire mais d’une autre façon.

D’abord je voudrais revenir sur ce que dit le Dr Berns. Il a raison de montrer certaines qualités humaines qui permettent d’innover (faire autre chose …) et il risque d’avoir tort s’il laisse penser que seuls ce genre de génies peut “nous sauver”. Bien sûr l’humanité est faire de gens possédant des qualités variées, certaines utilisables dans un type d’environnement, dans une civilisation et d’autres qui ne sont pas acceptées et marginalisent leur porteur. Par exemple on vient de faire l’hypothèse que les personnalités autistes dans les sociétés de chasseurs-cueilleurs devaient être très utilises lorsque leur “trouble” les conduisaient à avoir une mémoire importante, si ce n’est absolue. Ils déchargeaient la communauté de devoir se souvenir de tout  (réserves, paysages, etc.) et permettaient aux autres individus d’utiliser leur mémoire à d’autres fins. Mais la plupart des civilisations ont su artificialer cette qualité portée par des autistes en concevant différents outils, processus, de mémorisation, accessibles et utilisables par un plus grand nombre.

Donc nous devons préférer des méthodes qui permettent de mettre en action ces qualités ou plutôt leurs effets, décrites par le Dr Berns, utilisables par tous. Je pense que cela va d’ailleurs vers la sorte de civilisation que recherche l’Op Gouv.

En commençant à récolter des informations sur ce que sont “les irritants” vous faites Lyne un premier pas dans une démarche de conception. Vous vous dites qu’est-ce que je sais sur cet objet particulier que j’ai désigné 'les irritants"? Et ce que je sais qui le dit. Ici Mme d’Irribarne. Sur quoi porte cette connaissance? L’identité psychologique d’irritants.

Maintenant nous pouvons aller un peu plus loin en nous demandant quelles connaissants les irritants possèdent, à quoi elles servent, comment sont-elles utilisées, sur quels “objets”.

Nous augmentons les connaissances et nous avons un début de modélisation. Pour l’instant cette modélisation n’est ni locale (spécifique à une situation et des acteurs précis) ni abstraite (elle n’a pas valeur d’une sorte de généralité). Il sera intéressant d’aller le plus possible vers le général.

Nous pouvons continuer en nous interrogeant pour savoir si nous disposons de toutes les connaissances nécessaires pour comprendre la situation ou si nous devons en rechercher d’autres.

Cette démarche de conception et de modélisation, nous pouvons la reproduire sur l’objet “leadership” pour comprendre comment il fonctionne.

Nous allons passer dans les deux cas, d’affirmations, de relations de causes à effets, à des modèles complexes, pleins de connaissances.

Moi je trouve toujours cela amusant comme de vendre des balayeuses Electrolux (et ce n’est pas une blague, un jour je donnerai la raison).

Bonne soirée Lyne.

Très intéressé !

Bonjour Michel,

Courant décembre, je vais lancer (avec 5 autres personnes) un site dédié à l’OpenGov.

Je partage votre analyse sur la question de la modélisation. Je serai très heureux d’en discuter avec vous et de découvrir votre méthode.

Vous pouvez me contacter sur cyril.lage [at] orange.fr

Recent posts

This week, I wrote a couple of blog posts:

Des rêves de gouvernement ouvert qui ne s’éteignent pas (Edgeryders)

Opengov dreams that do not die out (Edgeryders)

Risk aversion, locking processes, and leadership models

ALL HANDS ON DECK! Call to action: Edgeryders

Pourquoi je crois en Edgeryders

Rêves qui ne s’éteignent pas

Les rêves indiquent un au-delà à notre actualité. Les temps anciens utilisaient des devins pour sortir des mondes actuels. Nous avons appris que nous pouvons sortir de notre actuel en concevant l’objet que désigne nos rêves.

Nous avons appris que cet objet désigné par le rêve n’existe pas a priori comme un trésor à déterrer. Nous devons le construire. Pour cela nous avons à convoquer toutes les connaissances qui nous paraissent nécessaires et rechercher celles qui nous manquent.

Lyne, je crois presque que c’est la partie la plus importante, rechercher les connaissances qui nous manquent et apprendre à les créer si vraiment elles sont absentes des mondes humains.

Je reviens d’un colloque hier entre philosophes, pour partie, et nous étions quelques uns à être certains que le monde actuel manquent de sicences. Lesquelles nous ne savons pas. Moi je pense qu’une des sciences qui nous manquent est la science de la stratégie, celle qui permettrait de faire aller ensemble l’hétérogène vers du meilleur. Mais ce n’est qu’une hypothèse renforcée par le fait que la stratégie actuellement n’est que pratiques répétées.

Nous avons l’habitude de voir un objet et de le recouvrir par nos connaissances. Mais ce qui n’existe pas ne peut être un objet. La dénomination que nous utilisons pour désigner nos rêves est comme un starter, juste pour dire “Allons qu’est-ce que je sais, je ne sais pas, …”.

Après il faut que ces connaissances apprendennent à coexister de manière égale. Et puis elle se lient entre elles et nous devons apprendre à les lier entre elles. Et nous devons être attentifs à ce vers quoi ces liens nous entraînent.

C’est un modèle que j’ai appelé “Métanormes” mais qui existe aussi, sous une forme différente, outillée différemment, en tant que modélisation non-standard chez la philosophe Anne-Françoise Schmid, une amie.

Tu vois Lyne, la philosophie, ou cette philosophie là qui veut être une bonne compagne, qui ne se prend pas pour la science des sciences, ni la sagesse ultime, peut aller avec ce projet.

Je ne sais pas ce qu’est l’Op Gov, et je crois que je ne veux pas déjà savoir, mais ce que je sais c’est que nos modes actuels de gouvernements ne sont pas ceux qu’il nous faut.

Toujours dans ce colloque, nous avons tous remarqué que nombreux sont les lieux, les activités dans lesquelles des connaissances utilisées datent du XVIIIe siècle, pour être gentil, mais surtout de temps plus anciens et ça dans toutes les parties du monde.

The sleeper has awakened

All that comes to my mind is this scene from Dune, The sleeper has awakened.

http://www.youtube.com/watch?v=67ragXpWsAI

En plus des missions individuelles, cette plate-forme est censée permettre d’effectuer des missions collectives. Il semblerait que cette fonctionnalité ne soit pas encore tout à fait prête. Nous sommes toutefois mûrs pour entreprendre un travail de recherche collectif. Je vais en parler demain avec un autre penseur et participant de Edgeryders, JohnFMoore, histoire de voir comment nous pourrions enligner cette exploration, en espérant intéresser et faire converger plusieurs participants de nombreux pays.

Provisoirement, il pourrait s’agir d’un fil de discussion de mission ‘ordinaire’, où les commentaires se placeraient les uns à la file des autres. D’ici le week-end, je devrais être un peu plus fixée sur le contenu.

J’entrevois déjà deux types de ‘missions collectives’.

  1. Des missions qui plairont à des gens qui aiment analyser;

  2. et des missions qui plairont à d’autres gens qui préféreront tester et découvrir (par exemple, il pourrait s’agir de faire l’expérience d’une application de gouvernement ouvert, comme ‘Fix your street’).

Dans la catégorie 1, il s’agirait d’une sorte de remue-méninges portant sur

1.a) les modèles de leadership,

et 1.b) les modèles de gouvernement ouvert.